Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Projet de loi Santé

Expérimentation des salles de shoot : l’exemple allemand

Publié le 24/04/2015 • Par laredaction • dans : Actu Santé Social

Alors que le projet de loi santé prévoit de permettre l'expérimentation des salles de shoot en France, le "Droguenhilfezentrum" de Sarrebruck, qui a ouvert ses premières des « chambres à shooter » en 1999, a affiné son dispositif pour améliorer la sécurité sanitaire des usagers et préserver une cohabitation sereine avec les habitants du quartier.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

L’article 9 du projet de loi de modernisation de notre système de santé, adopté le 14 avril 2015, prévoit l’expérimentation en France des salles de shoot, l’exemple sarrois, qui a mis en place ce type de lieux dès 1999, peut servir d’indicateur.

« Dire que les chambres à shooter encouragent la toxicomanie est une pure absurdité. On sait depuis 50 ans que la prohibition ne résout rien. Nous apportons simplement une aide à la survie et parfois, un chemin vers la sortie », affirme Dietmar Spor, sociologue employé du DHZ depuis son ouverture voici 22 ans.

Le lieu accueille quotidiennement une centaine de junkies dont 80 % d’hommes, présentant un âge moyen de 37 ans. Le centre évite les statistiques et ne saurait chiffrer le nombre d’usagers ayant décroché – soit de leur propre initiative, soit en intégrant des cures de désintoxication. Les travailleurs sociaux notent également « l’assagissement » de certains toxicomanes vieillissants qui ne consomment plus que les premiers jours du mois, lors du versement de leurs minimas sociaux.

Certains toxicomanes n’utilisent qu’à une ou deux reprises les services d’échange de seringues et les lieux d’injection. D’autres y passent une grande partie de leur vie, présents tous les jours de la semaine jusqu’à la fermeture du centre à 18h30. Les restrictions budgétaires, les protestations insistantes contre la prise en charge jugée onéreuse de toxicomanes frontaliers et les plaintes des riverains ont contraint le centre à limiter son aide aux seuls résidents sarrois.

Lire l’intégralité de cet article sur lagazette.fr

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Pourquoi investir dans un service Europe dans ma Commune

de COMMISSION EUROPEENNE

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Expérimentation des salles de shoot : l’exemple allemand

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement