Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Tribunes
  • « Les associations doivent assumer pleinement leur responsabilité… mais pas seules » – Nadia Bellaoui, présidente du Mouvement associatif

Service civique

« Les associations doivent assumer pleinement leur responsabilité… mais pas seules » – Nadia Bellaoui, présidente du Mouvement associatif

Publié le 06/03/2015 • Par Auteur Associé • dans :

Le service civique est un engagement volontaire au service de l’intérêt général, ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans conditions de diplôme.Il fête lundi 9 mars ses 5 ans. Après les attentats contre « Charlie Hebdo », le gouvernement a souhaité en faire un outil pour mieux faire partager les valeurs républicaines avec un objectif de 150 à 170.000 contrats signés en 2017. Pour Nadia Bellaoui, présidente du Mouvement associatif, « l’État doit prendre de nouveaux engagements financiers, fermes et durables ».

L’objectif annoncé par le président de la République est très clair : « tout jeune qui se présentera à partir du 1er juin de cette année pourra faire un service civique de huit mois ». Alors que les jeunes concernés seraient entre 150 et 170.000, le premier défi à relever est celui du financement. L’ouverture du service civique à 150.000 jeunes coûterait 608 millions d’euros par an, et jusqu’à 680 millions d’euros pour 170.000 jeunes. Or, le budget accordé en 2015 à l’Agence du service civique, gestionnaire du programme, est de 173 millions. Avant toute chose, l’État doit prendre de nouveaux engagements financiers, fermes et durables, pour rassurer les acteurs. Car la (courte) histoire du service civique est déjà marquée par le stop & go…

Le deuxième défi est de taille : faire émerger 150 à 170.000 missions d’intérêt général « utiles aux jeunes et utiles à la société », selon le slogan popularisé par Unis-Cité, association pionnière du service civique en France. Certes les besoins existent, mais accueillir des jeunes et accompagner leur engagement ne s’improvisent pas. Personne ne comprendrait que le développement du service civique se fasse au prix de sa qualité.

Les associations accueillent jusqu’à présent près de 90 % des jeunes. Cette situation n’a évidemment pas vocation à durer : le service civique doit pouvoir se faire dans des établissements publics d’enseignement, de santé, dans des forêts et des parcs nationaux, etc. Mais nous devons assumer pleinement notre responsabilité : coopérer entre associations pour que, au-delà des 4.000 déjà impliquées (agréées pour l’accueil des jeunes), toutes celles qui le souhaitent puissent profiter de l’expérience accumulée. Coopérer avec les établissements publics pour que, au-delà de la non-substitution à l’emploi, ces derniers développent une culture du service civique, ce juste équilibre entre un accompagnement qui rassure et une confiance qui donne des ailes…

C’est dans cet esprit que les principales associations qui accueillent des volontaires ont créé, avec des experts de l’évaluation, une association indépendante, le Comité du service civique associatif, qui fonde son action autour d’une charte déontologique. Une évaluation statue, tous les deux ans, sur le respect de la charte par la délivrance ou le maintien d’un label qualité. De telles démarches devraient, à mon sens, progressivement concerner tous les organismes d’accueil. Sans attendre, le Mouvement associatif prendra directement sa part dans la sensibilisation des acteurs, pour que le service civique tienne ses promesses.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Les associations doivent assumer pleinement leur responsabilité… mais pas seules » – Nadia Bellaoui, présidente du Mouvement associatif

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement