Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Réforme territoriale

30.000 CCAS pourraient disparaître : l’Unccas craint « la désertification de l’action sociale »

Publié le 17/02/2015 • Par Adeline Farge • dans : Actu Santé Social

Alors que l’Assemblée nationale entame ce mardi 17 février, l’examen de projet de loi NOTRe, la présidente de l’Unccas, Joëlle Martinaux revient sur la « surprise » qu’a été l’amendement des sénateurs supprimant les CCAS dans les communes de moins de 1.500 habitants.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est un amendement que personne n’attendait qu’ont votés les sénateurs lors de l’adoption, en première lecture, du projet de loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe). Par celui-ci, les centres communaux d’action sociale (CCAS) deviennent facultatifs pour les villes de moins de 1.500 habitants, soit près de 30.000 communes. Une mauvaise surprise pour la présidente de l’Union nationale des CCAS et CIAS (Unccas), Joëlle Martinaux :

« Nous avons été surpris, donc, et stupéfaits : cet article qui rend les CCAS facultatifs dans les communes de moins de 1.500 habitants va à l’encontre du contexte actuel de paupérisation, au moment où de plus en plus d’habitants ont besoin d’un accompagnement social de proximité. Rappelons que la France compte 32.000 communes de moins de 2.000 habitants, ce qui représente 24% de la population. Quatre communes sur dix, toutes tailles confondues, confient l’ensemble de leur politique sociale au CCAS. On avait la désertification médicale, avec cet article, on ouvre la voie à la désertification de l’action sociale. Il y a un vrai risque d’inégalité territoriale ! »

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Joëlle Martinaux sur lagazette.fr

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Pourquoi investir dans un service Europe dans ma Commune

de COMMISSION EUROPEENNE

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

30.000 CCAS pourraient disparaître : l’Unccas craint « la désertification de l’action sociale »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement