Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Hôpitaux

A Montpellier, l’usager plaignant devient citoyen

Publié le 29/04/2014 • Par Solange de Fréminville • dans : Dossier Santé Social

Depuis 2012, le centre hospitalier régional universitaire de Montpellier sollicite les représentants des usagers pour participer à l'amélioration des pratiques.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En février 2012, Annie Morin, représentante des usagers, a été nommée présidente de la commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge (Cruq-PC) au CHRU de Montpellier. Une fonction habituellement assumée par le directeur de l’établissement, ou par son délégué… Ce choix symbolise la volonté du centre hospitalier régional universitaire de « permettre aux usagers de jouer un rôle à part entière dans l’institution », estime Eric -Martinez, directeur des affaires juridiques. Autre innovation, conduite en 2012 : l’intégration d’un « projet du patient », élaboré par un groupe de représentants d’usagers, en ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A Montpellier, l’usager plaignant devient citoyen

Votre e-mail ne sera pas publié

michel jeanpascal

28/12/2020 08h32

À mesdames et messieurs les députés de l’Hérault,

Copie:À la presse locale, à l’Ars de l’Hérault , à la Préfecture de l’Hérault , à la défenseur des Droits,à Madame le Contrôleur général des lieux de privation de liberté ,à monsieur Eric Martinez ,le Directeur des droits du patient, de l’éthique, affaires juridiques et des assurances du CHRU de Montpellier ,etc …

Objet:«Pour le respect des recommandations éthiques du Code de Nuremberg »,et pour la proposition «Ehpad» de Jean-Marie Delarue et d’Adeline Hazan.

Mesdames et messieurs les députés de l’Hérault,

En termes d’injection médicamenteuse et vaccinale ,la culture historique et juridique ancienne entre dans le champ de l’urgence ressentie par les Etats de l’union,au premier jour d’une campagne européenne de vaccination .Intégrer ce passé culturel peut largement éclairer les députés de l’Hérault ,surtout s’agissant de la protection du sujet humain:c’est à dire nous tous,comme sujets d’actualité sur le terrain glissant de la santé globale .

La connaissance éthique est l’une de ces conditions pour que vous, précieux élus,soyez plus conscients de votre charge mandataire. Mieux sachant aussi ,par exemple ,des questions relatives aux origines non-sauvages du SARS-CoV-2 humain ,telles que présentées à contre-courant par Stéphane Foucart,(ce grand journaliste de la presse mainstream ,Cf « Le Monde »du 22 décembre 2020).

Le petit monde des « vaccinables enchaînés » lui,voudrait bien que ses représentants s’instruisent sérieusement de ces faits dont la presse incontestée d’aujourd’hui fait état .Que votre chambre nationale phosphore sur les tenants et aboutissants de cette information peu diplomatique , serait à proprement parler politique .Plus correct encore,serait que vous vous appliquiez aussi à raisonner au regard d’un commencement des plus raisonnable .Ce « cogito tremens » basé sur les dix critériums qui se sont matérialisés à l’aune de tant de mal-médecine,pour pouvoir à l’avenir en parer les méfaits:car cette mal-médecine-ci,qui fut partie liée aux fascismes du XX e siècle, fut,ne l’oublions pas, jugée ensuite entre 1946 et 1947 sur la terre brûlée du mondialisme guerrier.

Aussi,à partir de ces deux références et à compter d’aujourd’hui 27 décembre ,notre groupe LDH de réflexion Saint-Pons-de-Thomières /Hauts-Cantons encourage -t-il les députés à s’accorder ensemble la-dessus .Et notamment de plus, afin que vous passiez outre les fortes réserves d’une ex-ministre chargée des personnes âgées,vu le carnage du premier confinement de 2020 pour nos aînés hébergés en structure.

Pour cela ,il revient aux parlementaires de partager rapidement et solidairement une recommandation émise quelques années en arrière ,par deux contrôleurs généraux successifs des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue et Adeline Hazan ,que nous citons comme des références .

C’est la moindre des humanités que de vouloir s’amender,et s’avouer être collectivement concerné par la question de l’opportunité de l’élargissement de la compétence du CGLPL au contrôle des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Avec la survenue de circonstances tellement inacceptables et non-éthiques en 2020, l ‘Assemblée Nationale devrait sans tarder,sceller dans une loi prochaine,(Et qui s’enlise déjà autour de la dépendance sur votre « Projet relatif à la solidarité pour l’autonomie » qui concerne nos aînés ), le souhait de madame Hazan,(ancienne maire de Reims, mais aussi ancienne magistrate ), et de monsieur Delarue ,( lui aussi ancien magistrat ).

Voici par ailleurs ,une valeur autrement menacée ,que vous devriez appuyer solidairement:le point de vue d’ éthique médicale énoncé dans le titre , en ces termes: « Pour le respect des recommandations éthiques du Code de Nuremberg » .

Il vous faudrait réagir promptement car ces recommandations sont attaquées .En effet, les dix préceptes étant actuellement remis à mal* par quelques penseurs révisionnistes Français au nom d’un « améliorisme éthique »,et sur la foi d’un pseudo « progrès de la science », foi qui confesse que c’est le seul « intérêt sonnant…qui est principal »!

C’est persuadé de si peu d’aménité,qu’il convient de rester unis et de relier le passé au présent .Et ceci, malgré un moins disant informatif caractéristique de ce que le monde de la santé dit méconnaître du nouveau coronavirus humain:il vous faudra contredire âprement Marie Gaille, l’une des penseuses pour qui un nouveau « Code de Nuremberg »serait aujourd’hui nécessaire (Cf: de quelques enjeux contemporains du consentement. médecine/science).Alors même que rame la galère sanitaire au point qu’on peut se demander si l’échec vaccinal de H1N1 ne présage pas de celui qu’encourt aujourd’hui la campagne de piqûres anti-Sar-Cov-2,c’est là également qu’il y a urgence à penser et à agir de concert.

Or donc , notre groupe compte en particulier sur la mesure ,l’ engagement contre-épidémique , et sur l’exemplarité politique de la députée héraultaise Patricia Mirallès ,car elle agit en faveur du collectif des personnes atteintes . Cette élue vient de proposer une loi pour la prise en charge en affection longue durée de patients Covid avec des séquelles .

Et quand bien même la vacuité serait-t-elle caractéristique du nouveau cadre juridique qui se dessine pour les personnes âgées , nos députés,appréhendant la pensée réformiste de quelques éthiciens modernes , pourraient exceptionnellement s’ils le voulaient,agir localement sur les lieux de vaccination de leurs circonscriptions et aucun autre :en se conformant complémentairement à l’analyse des fonctionnaires au préalable cités,que sont Jean-Marie Delarue et Adeline Hazan.

Les élus pourraient donc ,à l’instar de leur prédécesseur EELV, Jean-Louis Roumégas et son amendement «droit de visite de lieux clos »entériner sa prescription légale.Cette dernière n’ayant jamais fait l’objet d’aucune suite positive non plus , il serait à compter d’aujourd’hui ,de bon ton parlementaire observer de l’intérieur ,le bon déroulement du processus de consentement vaccinal au sein des Ehpad. Le tout étant de se doter au préalable,(afin de faire signer individuellement les personnes âgées résidentes ),de formulaires types d’accord d’injection qui seraient destinés à ces vieux que les députés représentent aussi .

La lutte mandataire ,voir personnelle, contre les conséquences longues ou courtes du Covid-19 devrait préexister en s’appuyant précisément et intellectuellement ,sur des critères recouvrant et encadrant la notion de consentement :soit pour contrevenir à la maladie,ou soit pour soigner les patients avec leur paraphe éclairé ,et non avec du forçage médical .

Dans un rapport de 2014,Adeline Hazan disait;« il importe que les pouvoirs publics prennent davantage conscience du sujet des droits fondamentaux des personnes âgées dépendantes et des atteintes qui peuvent y être portées » .Cet avis existe,comme existe aussi un code applicable à l’échelle internationale,dont les composantes furent tirées d’un jugement historique.Celui qui fut rendu contre des médecins à Nuremberg en 1947

Voilà un ensemble de recommandations et d’obligations par le moyen desquelles vous ,députés de l’hérault,pouvez exercer de bonnes pratiques représentatives ,en visitant vos lieux d’injection et de rétention de vieux.Et si cela vous inspire des lois pour la Républiques, cela ira à notre groupe LDH de réflexion Saint-Pons-de-Thomières /Hauts-Cantons .

Enfin, la lecture et la consultations de certaines des conclusions juridiques ,tirées de l’expérience collective,(Et personnelle,comme la mienne)à la barre de tribunaux,vous est aussi accessible.Ainsi,une décision rendue en 2014 par le TA de montpellier peut faire jurisprudence sur la reconnaissance du délit de faux en certificat médical par un médecin.Une autre décision du tribunal civil de Montpellier,datée celle-ci du 11 septembre 2020 vous indiquera les traitements inhumains et dégradants qui ont peu cordialement été commis contre ma personne.

Cordialement ,

Fait à Saint-Pons-de-Thomières le dimanche 27 décembre 2020

MICHEL Jean-Pascal, pour le groupe LDH de réflexion Saint-Pons-de-Thomières /Hauts-Cantons

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement