Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Tribune

Claudy Lebreton : « La refondation du travail social doit interroger les élus »

Publié le 17/04/2014 • Par laredaction • dans : Actu Santé Social

En janvier 2013 le gouvernement Ayrault avait proposé des assises nationales en 2014 afin de « refonder le travail social ». Ces « états-généraux » sont actuellement en préparation ; deux assises se sont déjà tenues en avril, pour les régions Rhône-Alpes et Auvergne, puis Bretagne et Pays-de-la-Loire. Collectivités territoriales, associations ou professionnels, qu’attendent les différents acteurs du travail social de ces prochains états-généraux ? Comment jugent-ils les préparatifs en cours ? Une « refondation » est-elle vraiment nécessaire ? La « Gazette santé social » a ouvert le débat dans son numéro d'avril. Les échanges se poursuivent sur Internet, avec cette tribune de Claudy Lebreton, président de l’Assemblée des départements de France.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Le chantier de la refondation du travail social qui s’ouvre actuellement à la demande du gouvernement est essentiel pour définir collectivement (collectivités, Etat, professionnels, citoyens,…) l’action sociale du XXIe siècle. Cette réflexion se doit donc d’être globale et très largement prospective. Elle doit interroger la politique d’abord et les élus très sûrement.

C’est la raison pour laquelle, elle ne peut pas être réservée uniquement aux professions « historiques » (assistants sociaux, éducateurs,…). Elle doit aussi s’adresser, d’une part aux professions du travail social assumant les premiers accueils dans les différents services de proximité (secrétaires médico-sociales des permanences de la polyvalence de secteur, guichetiers de Pôle Emploi ou des CAF…), et d’autre part aux cadres administratifs intermédiaires et supérieurs des services et établissements sociaux. Elle questionnera l’ensemble des acteurs, des élus aux citoyens en passant par toute la chaîne humaine qui oeuvre à l’élaboration de la cohésion sociale.

Plus que du travail social, cette refondation doit donc être celle des « travail(s) social(s) ». Elle ne se fera ainsi qu’en questionnant la pertinence des différentes spécificités du secteur.

A l’évidence, nous passons, comme dans le secteur de la santé, d’un travail social du « cure » – à savoir, apporter des solutions définitives à des problèmes ponctuels et bien identifiés – à un travail social du care – autrement dit la prise en charge dans le cadre d’un accompagnement sur le long terme au gré de parcours individuels souvent délicats. Nous devons aujourd’hui réinventer ce « faire ensemble » qui donne à chacun-e les moyens de trouver sa voie, sa place dans notre société.

En effet, selon les études de l’observatoire national de la décentralisation (ODAS), les travailleurs sociaux dans les conseils généraux ne consacreraient que 6% dans le temps de travail à des actions collectives. Ainsi, le travail social doit faire preuve d’une capacité constante à s’adapter à la demande individuelle, comme collective, des « usagers-citoyens ». Il lui appartient de trouver des solutions innovantes en utilisant les règlements, les institutions, les dispositifs, mais surtout la parole et les réseaux qu’il peut mobiliser. L’apport du numérique fera partie intégrante de la réflexion collective.

Dans le champ des solidarités, le travail social se situe dans une demande paradoxale, entre celle du public et celle des institutions. Il sert d’intermédiaire, de médiateur entre les deux. Il est, à la fois, agent des pouvoirs publics et acteur de changement. Le travail social se situe bien entre accompagnement et émancipation. C’est cette réalité qui aujourd’hui doit être prise en considération.

Les élus départementaux espèrent beaucoup de ces travaux car ils ont l’intuition qu’une partie des réponses aux maux de notre société se trouvent là. »

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Claudy Lebreton : « La refondation du travail social doit interroger les élus »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement