Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

SOCIAL

Quelle ambition pour le travail social

Publié le 06/02/2014 • Par GazetteSanteSocial • dans :

Vincent Dubourg et Dominique Fremin, assistants de service social

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

A l’heure du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, nous souhaitons, en qualité d’assistants de service social en polyvalence de secteur d’un département d’Ile-de-France, apporter notre contribution. Nous remarquons que les orientations politiques privilégient le développement de la solidarité de proximité (famille, associations caritatives, etc.). Ainsi, l’Etat compte s’appuyer sur des personnes non formées et non qualifiées pour aider les publics qui rencontrent des difficultés sociales. Or leurs motivations ne sont et ne peuvent pas être les mêmes que celles des fonctionnaires exerçant dans une collectivité territoriale et assurant une mission de service public. Le bénévole ne peut en aucun cas se substituer au professionnel. Car, bien que nécessaire dans différents domaines, il n’est pas un technicien formé à la relation d’aide indispensable dans le champ social.
Sur ce point, on objecte aux travailleurs sociaux l’insuffisance de la formation continue. Nous former aux questions budgétaires et bancaires aurait « plus de sens », est-il écrit dans le plan pluriannuel gouvernemental. Et ce, alors même que nous rencontrons un public avant tout en demande d’écoute, car confronté à une déshumanisation croissante de la relation d’aide.
L’assistant de service social en polyvalence de secteur est un généraliste. Sa formation initiale est constituée de plusieurs modules (anthropologie, psychologie, sociologie, etc.), qui lui permettent d’accueillir par la suite, avec empathie, un public hétérogène, dans un contexte politique et institutionnel. De nombreux travailleurs sociaux poursuivent leur formation, grâce, en particulier, au Centre national de la fonction publique territoriale.

Egalité et réciprocité devant la loi.

Comment peut-on questionner la formation des travailleurs sociaux et, parallèlement, promouvoir le bénévolat pour l’accueil et le suivi des publics en difficulté ? N’est-ce pas un contresens ?
Ces nouvelles orientations politiques renvoient au désengagement progressif de l’Etat et remettent en cause le socle républicain, à savoir l’égalité et la réciprocité devant la loi. La solidarité repose sur un concept remontant au XIXe siècle : l’individu doit à la société et la société doit à l’individu, une interconnexion symbolisée par les impôts. Ce principe fondateur générera de grandes avancées sociales (retraites, allocations de chômage, couverture maladie, allocations familiales, etc.). Par conséquent, la volonté de substituer la solidarité de proximité à la solidarité nationale ne doit pas dispenser les politiques d’engager des moyens indispensables à la cohésion sociale et d’oeuvrer pour un réel projet de société permettant de resituer le service social et l’action sociale ; ils doivent également repenser la place du service public dans la cité, et particulièrement celle du service social.
Si l’Etat providence prévaut sur toutes considérations financières, la solidarité nationale doit s’affirmer comme un enjeu majeur. C’est pourquoi la conception de notre mission nécessite que soient identifiés un projet social, des politiques budgétaires, ainsi que des moyens humains programmés sur le long terme.
Pour répondre aux besoins du public accueilli en service social, nous devons envisager une nouvelle organisation territoriale. Mais, contrairement à la tendance actuelle qui consiste à regrouper des circonscriptions, à créer des grands pôles, nous pensons que le service social doit « être micro au centre de la macro ». Les équipes doivent se recentrer sur une zone géographique, un quartier, si nous voulons apporter une réponse de proximité ; le partenariat doit s’établir sur un périmètre restreint. L’approche communautaire (et non communautariste) ne peut être développée qu’à l’échelle humaine. Les dispositifs à visée d’insertion (économique, sociale, professionnelle, familiale) doivent donc être repensés dans une vision globale.
La redéfinition du travail social ainsi que le questionnement de l’Etat providence ne peuvent pallier l’absence de projet de société ambitieux. A notre sens, ce n’est pas aux citoyens ni aux institutions de s’adapter aux lois du marché, mais au politique d’organiser un projet de société basé sur la réciprocité, la solidarité et l’égalité. Les travailleurs sociaux ne pourront pas innover, si le contexte politique et institutionnel ne le leur permet pas.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quelle ambition pour le travail social

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement