Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Ehpad

Ehpad : le poison du travail en vase clos

Publié le 09/01/2014 • Par Olivier Bonnin • dans : Dossier Santé Social

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Une aide-soignante a été mise en examen, le 12 décembre 2013, pour avoir empoisonné neuf résidents d’un Ehpad de Savoie, avec l’intention de « soulager leurs souffrances ». L’encadrement ne serait pas mis en cause, d’après la ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’autonomie, Michèle Delaunay. Mais comment les responsables d’Ehpad peuvent-ils prévenir de telles dérives ?

« Insularité »

A leur attention, l’Anesm a publié, en 2008, des recommandations pour « la prévention et le traitement de la maltraitance ». Elle appelle, notamment, à « recruter les professionnels dans une logique de prévention ». « Recueillir l’avis d’un employeur précédent peut éventuellement alarmer, opine Jean-Jacques Amyot, qui a dirigé un livre sur le sujet [1]. Mais il est vrai que les aides-soignantes manquent cruellement en Ehpad… On ne peut pas toujours faire le difficile ! »

La formation constitue également un coupe-feu, afin de ne pas laisser des soignants « à leurs fantasmes de toute-puissance face à la douleur, souligne une autre spécialiste, Alice Casagrande [2]. Certes, une formation ne permet pas d’écarter tous les risques ; mais elle aide déjà à repérer les fragilités de certains professionnels. »

La gestion des équipes importe aussi. L’encadrement intermédiaire est décisif : médecins et infirmiers coordonnateurs doivent être formés à repérer… et à oser signaler les maltraitances. Aux yeux de Jean-Jacques Amyot, recomposer régulièrement les équipes peut s’avérer salutaire, afin d’éviter que de mauvaises « habitudes ne se cristallisent ».

Au fond, « le pire, pour une organisation, est sa fermeture », conclut-il. Contre le risque de « l’insularité », Alice Casagrande prône des groupes de parole animés par une psychologue extérieure, ou encore l’intervention d’une équipe hospitalière en soins palliatifs.

NOTES

(1) Prévenir et lutter contre la maltraitance des personnes âgées, Dunod, 2013.
(2) Ce que la maltraitance nous enseigne. Difficile bientraitance, Dunod, en partenariat avec La Gazette Santé-Social, 2012.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ehpad : le poison du travail en vase clos

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement