Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

La planification et la programmation des équipements

Publié le 01/04/2013 • Par Dunod Éditions • dans : Fiches de révision

Les outils de pilotage du secteur social et médico-social ont été considérablement renforcés depuis la loi de 2002. Celle-ci avait conforté la planification sociale et médico-sociale en renforçant le rôle des schémas d’organisation sociale et médico-sociale. Cet édifice a été complété par l’introduction des PRIAC (programmes interdépartementaux d’accompagnement des handicaps et de la perte d’autonomie) en 2005.

La loi « HPST » n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires a consacré ce mouvement en maintenant le principe des schémas, tout en modifiant leur ressort géographique et les autorités compétentes pour les arrêter, et en intégrant le PRIAC comme l’un des outils à la disposition de l’agence régionale de santé.

L’enjeu est tout à la fois d’assurer une réponse au plus près des besoins des personnes et une plus grande maîtrise des dépenses publiques par un développement cohérent de l’offre de services sociaux sur l’ensemble du territoire.

Les schémas d’organisation sociale et médico-sociale

La loi de 2002 avait prévu des schémas d’organisation sociale et médico-sociale établis pour une durée maximale de cinq ans et révisables à tout moment, qui devaient s’articuler notamment avec les schémas d’organisation sanitaire. La loi HPST reprend cette logique et renforce les articulations entre le sanitaire et le médico-social.

Le contenu des schémas d’organisation sociale et médico-sociale

Le contenu de ces schémas est précisé, ils ont ainsi pour objet :

  • d’apprécier la nature, le niveau et l’évolution des besoins sociaux et médico-sociaux de la population ;
  • de dresser le bilan quantitatif et qualitatif de l’offre sociale et médico-sociale existante ;
  • de déterminer les perspectives et les objectifs de développement de l’offre sociale et médico-sociale ;
  • de préciser le cadre de la coopération et de la coordination entre les établissements et services afin de satisfaire tout ou partie des besoins sociaux et médico-sociaux de la population ;
  • de définir les critères d’évaluation des actions mises en œuvre dans le cadre de ces schémas.

Un document annexé aux schémas peut préciser, pour leur période de validité, la programmation pluriannuelle des établissements et services sociaux et médico-sociaux qu’il serait nécessaire de créer, de transformer ou de supprimer afin de satisfaire les perspectives et objectifs de développement de l’offre sociale et médico-sociale.

Portée géographique et autorités compétentes pour arrêter les schémas

Depuis 2002, les schémas d’organisation sociale et médico-sociale sont établis :

  • au niveau national lorsqu’ils concernent des établissements ou services accueillant des catégories de personnes pour lesquelles les besoins ne peuvent être appréciés qu’à ce niveau (les « handicaps rares » par exemple). Ils sont alors arrêtés, sur proposition de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie lorsqu’ils entrent dans son champ de compétence, par le ministre des Affaires sociales, après avis du CNOSS ;
  • au niveau régional pour les CSAPA, les CRP, les CADA et services mettant en œuvre des mesures de protection des majeurs (sauvegarde de justice, curatelle, tutelle, accompagnement judiciaire), et arrêtés par le préfet de région ;
  • au niveau départemental pour tous les autres établissements et services et sont arrêtés par les conseils généraux, seuls depuis le 1er janvier 2005, tout en devant intégrer les orientations communiquées par le préfet de département pour les équipements financés par l’État ou l’Assurance maladie, et après avis du CROSMS.

La loi n° 2009-323 du 25 mars 2009 de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion prévoit la mise en place dans chaque département d’un plan d’accueil, d’hébergement et d’insertion des personnes sans domicile, inclus dans le plan départemental d’action pour le logement des personnes défavorisées. Ce plan est élaboré par le préfet de département en association avec les collectivités territoriales ainsi qu’avec les acteurs concernés, notamment les associations, les caisses d’allocations familiales et les organismes d’HLM. Ce plan couvre l’ensemble des places d’hébergement, des capacités d’accueil de jour, des centres d’accueil pour demandeurs d’asile, des logements temporaires, des services d’accompagnement social, des actions d’adaptation à la vie active et d’insertion sociale et professionnelle des personnes et familles en difficulté ou en situation de détresse, ainsi que des différentes composantes du dispositif de veille sociale.

La loi « HPST » n° 2009-879 prévoit l’élaboration de différents schémas régionaux et départementaux à partir du 1er juillet 2010 :

  • des schémas régionaux d’organisation médico-sociale couvrant les établissements et services sous compétence tarifaire de l’État financés en tout ou partie par l’Assurance maladie (établissements et services pour personnes âgées et personnes handicapées ; le champ de l’addictologie) ainsi que les ESAT. Pour les établissements et services pour personnes âgées et handicapées, il est prévu que les schémas régionaux soient établis et actualisés au regard des schémas départementaux d’organisation sociale et médico-sociale relatifs aux personnes handicapées ou en perte d’autonomie arrêtés par les Conseils généraux de la région. Ces schémas régionaux, qui constitueront l’un des volets du projet régional de santé, seront élaborés et arrêtés par le directeur de l’agence régionale de santé après avis de la Commission de coordination des politiques publiques de santé compétente et des présidents de conseil généraux.
  • des schémas régionaux , arrêtés par le préfet de région, relatifs aux : centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA) ;
  • services mettant en œuvre les mesures de protection des majeurs ordonnées par l’autorité judiciaire ainsi que ceux mettant en œuvre les mesures judiciaires d’aide à la gestion du budget familial ;
  • des schémas départementaux , élaborés par le président du conseil général et arrêtés par le conseil général, relatifs aux :

– un niveau d’accompagnement géographiquement équitable des différentes formes de handicap et de dépendance ;

– l’accompagnement des handicaps de faible prévalence, au regard notamment des dispositions des schémas nationaux ;

– l’articulation de l’offre sanitaire et de l’offre médico-sociale au niveau régional.

Les PRIAC constituent aussi un critère de délivrance des autorisations et ont donc également un caractère opposable. Dans la perspective ouverte par la loi « HPST » n° 2009-879, ils seront, à l’instar des schémas d’organisation sociale et médico-sociale, l’une des bases de référence des appels à projet lancés par l’agence régionale de santé.

En effet, la loi « HPST » n° 2009-879 a consacré l’existence du PRIAC. À partir du 1er juillet 2010, le directeur général de l’agence régionale de santé établira le PRIAC qui sera composé d’objectifs de programmation pour la mise en œuvre du schéma régional médico-social. Suivant la même logique que précédemment, le PRIAC dressera, pour la part des prestations financées sur décision tarifaire du directeur général de l’agence régionale de santé, les priorités de financement des créations, extensions ou transformations d’établissements ou de services au niveau régional.

Mettez toutes les chances de votre côté

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La planification et la programmation des équipements

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement