Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Acteurs du sport

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Acteurs du sport

Équipements : les activités commerciales imposent une mise en concurrence

Publié le 18/01/2018 • dans : Juridique acteurs du sport

195 juridique cambon
D.R.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Les biens du domaine public sont utilisés conformément à leur affectation à l'utilité publique précise l'article L.2121-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

Exploitation économique

Selon l'article L.2122-1-1, « lorsque le titre d'occupation du domaine public permet à son titulaire d'occuper ou d'utiliser le domaine public en vue d'une exploitation économique, l'autorité compétente organise librement une procédure de sélection préalable présentant toutes les garanties d'impartialité et de transparence, et comportant des mesures de publicité permettant aux candidats potentiels de se manifester ». La notion d'exploitation économique n'est pas définie mais une approche très extensive se référant aux activités de production, de distribution et de services pourrait prévaloir.

Conditions particulières

Assez heureusement, l'article L.2122-1-3 prévoit certaines dérogations à l'obligation de mise en concurrence. « L'article L.2122-1-1 n'est pas non plus applicable lorsque l'organisation de la procédure qu'il prévoit s'avère impossible ou non justifiée. L'autorité compétente peut ainsi délivrer le titre à l'amiable notamment « lorsque les caractéristiques particulières de la dépendance, notamment géographiques, physiques, techniques ou fonctionnelles, ses conditions particulières d'occupation ou d'utilisation, ou les spécificités de son affectation le justifient au regard de l'exercice de l'activité économique projetée ». Selon le rapport de présentation de l'ordonnance, la possibilité de délivrer des titres à l'amiable est fondée lorsqu'une seule personne est en droit susceptible d'occuper la dépendance en cause, par exemple en présence d'une exclusivité justifiée par des raisons artistiques et culturelles ou tenant à des droits d'exclusivité. Le rapport ajoute: « tel est également le cas lorsque certains impératifs impliquent nécessairement en fait de s'adresser à un opérateur déterminé: caractéristiques de la dépendance, conditions particulières d'occupation, impératifs de sécurité (infrastructures critiques ou autres)… ».

Exception

Sur le domaine public, la mise en concurrence sera ainsi le principe et l'absence de mise en concurrence l'exception. L'exception semblerait pouvoir être invoquée:

– d'un côté pour les mises à disposition d'installations sportives à des clubs pour les seuls besoins de leurs membres dès lors que dans les faits le club s'adresse bien à des membres et non à des clients grand public qui accéderaient aux prestations en s'acquittant, au-delà du « prix », d'une « cotisation » souvent accessoire dans son montant et surtout dans sa finalité;

– de l'autre pour les mises à disposition aux clubs sportifs professionnels pour lesquels des conditions particulières d'occupation ou d'utilisation (règlements sportifs prévoyant un calendrier aléatoire et impératif même en cas de reprogrammation, des périodes de disponibilité avant/après…) et des spécificités d'affectation existent.

(1) Dans le prolongement de la décision de la CJUE du 14 juillet 2016, Promoimpresa SRL (affaire C458/14).

par E. de Fenoyl, avocat et Patrick Bayeux, consultant

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Réforme de la protection sociale complémentaire, êtes-vous prêts ?

de Rédaction de la Lettre du cadre territorial en partenariat avec la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Équipements : les activités commerciales imposent une mise en concurrence

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Acteurs du sport

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement