Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Les clubs omnisports veulent fédérer en partant des territoires

Publié le 26/11/2019 • dans : Bonnes pratique acteurs du sport

Rehabilitation of disabled girl in pool
©Seventyfour - stock.adobe.com

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

« Il ne peut plus y avoir de projet sportif territorial sur  une base disciplinaire. L’élu, le dirigeant doit  s’appuyer sur plusieurs sports, proposer plusieurs formes de pratiques qui ne  sont  plus  organisées sur  le modèle entraînement/compétition », analyse Gérard Perreau- Bezouille, coprésident de la Fédération française des clubs  omnisports (FFCO). « C’est de cette capacité à répondre à ces nouveaux enjeux en utilisant une palette de sports que vient  la force de l’omnisports ».

Ressources locales

De fait, l’omnisports ne se limite pas à la juxtaposition dans une même structure de différentes disciplines. On parle dans  ce cas de multisport ou de plurisport. Il permet de mobiliser autour des enjeux, des réalités et des ressources locales, un  ensemble de disciplines sportives et de types de pratiques, de manière coordonnée, pour mettre en place  des projets sportifs répondant aux besoins des territoires. « Beaucoup de villes ont mis en place  des animations répondant à ces enjeux avec leur service des sports. Mais je pense, qu’avec leur  aide  et dans le cadre de  l’économie sociale et solidaire, on peut aussi trouver des réponses associatives pertinentes », poursuit le président lui-même ancien élu local.

Au service des clubs

Un positionnement qui ne s’est pas construit en un jour. Pour Fernand Escobar, vice-président de la FFCO, « La fédé- ration a beaucoup évolué ces dernières années. Nous étions une fédération de service aux clubs. Quand l’Urssaf s’est intéressée  au  sport pour assujettir les indemnités versées aux  animateurs aux  charges sociales, nous avons défendu les clubs. Ce conflit, qui a duré une quinzaine d’années, est aujourd’hui résolu mais à cette occasion nous avons construit un  service juridique qui fait référence. Un service qui a été  élargi aux questions sociales et financières auquel les structure s ont  accès sans  limite  dans le cadre de  leur  adhésion  (de 120 à 1450 euros) ». Dans ces domaines, la compétence de la FFCO est largement reconnue comme en témoigne le fait que l’ancien président du Cosmos (1), Jean Di-Meo, était  issu  des clubs  omnisports. Ou encore quand des  clubs  unisport adhèrent à la FFCO pour bénéficier de ses services et de ses compétences.

Une fédération sans licence

La montée en  puissance du  service juridique a permis à la fédération de retrouver un peu d’air et de s’interroger sur sa capacité à répondre aux évolutions  sportives et sociales. En 2013, elle a réalisé un audit.

« Cet audit  a montré un décalage entre nos positions théoriques et les actions de terrain. Si nous restions figés sur un modèle sportif traditionnel, nous nous coupions de la réalité  du sport tel qu’il évolue dans les territoires. Il nous fallait partir du concret, de ce qui se passe sur le terrain et non l’inverse », indique le président. Des évolutions facilitées par la situation particulière de l’omnisports. La FFCO ne délivre pas de licences. Dans les structures, chaque section est affiliée à sa fédération délégataire et c’est la personne morale, le club omnisports, qui est affilié à la fédération. La licence n’est pas l’objectif.

Du bas vers le haut

« On est contre le « clé en main » qui consiste à proposer des packages d’animation coupés des réalités locales », affirme clairement Gérard Perreau-Bezouille. « C’est une manière d’imposer les choses d’en haut. Sur le terrain, ce sont les clubs qui trouvent des solutions pour répondre à leurs besoins. Et ça prend à chaque fois une  forme  différente. Notre rôle est de les valoriser, de les aider à rendre les choses plus visibles, plus lisibles. On essaye de fédérer… du bas vers le haut ». D’où une organisation fédérale atypique « Notre métier a changé. Aujourd’hui, la fédération anime des  réseaux autour de thématiques identifiées pour apporter des réponses transversales, globales et cohérentes, complémentaires aux fédé- rations unisport ».

Quatre piliers

Des réseaux construits autour des  quatre piliers du plan  fédéral. Le pilier « accompagnement à la vie associative » est structuré autour d’une plateforme constituée d’experts en  droit du sport, en droit du travail et en droit social complété par la production de nombreux outils. Le pilier « sport et territorialité » engage la FFCO à représenter au plan national « le sport près de chez nous ». L’objectif de la FFCO consiste à se positionner comme un organe passerelle entre les divers acteurs du sport. Le pilier « sport et citoyenneté » positionne la FFCO en tant que partenaire de l’ensemble du mouvement sportif dans la mise en œuvre du plan citoyen du sport. L’organisation de l’« Urban Sport Tour », projet mettant en valeur les actions citoyennes de divers clubs  implantés dans les territoires cibles en constitue un élément central.  Enfin, le pilier « sport et santé », outil de prévention mais  aussi  de thérapie. Le projet repose sur un accompagnement complet des clubs leur proposant un dispositif de formation des encadrants, un soutien à la création de section santé et un suivi des actions au sein des clubs FFCO.

Un dispositif de formation innovant
 
La Fédération des clubs omnisports accompagne les clubs au plus près des territoires pour leur permettre d’accueillir les publics à pathologies. Pour cela, elle a mis en place un dispositif de formation innovant éligible aux financements de la formation professionnelle.
Niveau 1 : prévention des maladies chroniques par l’activité physique & sportive (56 heures). Cette formation s’adresse aux personnes qui encadrent les activités. Elle s’étale sur trois mois et comprend un module e-learning proposé par l’UVFMS* des travaux dirigés, des présentiels et un travail personnel (mémoire sur un projet sport-santé). Chaque apprenant est suivi par un tuteur et l’ensemble est évalué. Cette formation fait partie des certifications fédérales reconnues par le ministère des Sports et celui de la santé. Elle est incluse dans le médico-sport et est une référence pour de nombreux partenaires institutionnels. 300 personnes ont déjà été formées. Bien que cela ne soit pas obligatoire, 70 % d’entre elles sont brevetées d’État. Les intéressés y trouvent un complément de formation voire une spécialisation.
Niveau 2 : référent sport-santé territorial. Situé au niveau du club ou du territoire, il a pour mission d’accueillir les participants, de conduire les entretiens et tests initiaux et de les orienter vers les sections sportives, d’évaluer le programme. Il assure le suivi des participants et guide les éducateurs sportifs dans leur action sport-santé. C’est à lui qu’il revient d’animer le réseau territorial des acteurs sport-santé et de gérer les relations avec les prescripteurs et financeurs. Le programme est déployé dans la France entière par plus de 50 structures. Il mobilise plus de 50 sports. Les formations sont accessibles à tous et toutes à travers le réseau des clubs omnisports.
 
*UVFMS : Université virtuelle francophone de médecine du sport fondée par le professeur Rieu et animée par François Delmotte. L’UVFMS est une fondation à structure associative. Elle a son siège social au CNOSF.

(1) Cosmos : le Conseil social du mouvement sportif est l’unique organisation représentant exclusivement les employeurs du sport, qu’ils soient issus du secteur associatif, commercial ou du sport professionnel.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment développer de nouveaux services urbains grâce à l'internet des objets ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les clubs omnisports veulent fédérer en partant des territoires

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement