Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Le triathlon, fédération du XXIe  siècle

Publié le 24/12/2020 • dans : Bonnes pratique acteurs du sport

Triathlon
Maridav

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

« Lors de sa création, au début des années 90, qui aurait pu imaginer que le triathlon connaîtrait un développement exponentiel ? », s’émerveille Philippe Lescure, président de la Fédération française de triathlon. Rappelant que « le triathlon est un sport jeune (30 ans) qui consiste à enchaîner trois sports les plus pratiqués par les Français : la natation, le cyclisme, la course à pied ». Trois sports déjà bien encadrés par leurs fédérations correspondantes ce qui, à coup sûr, n’aurait pas dû favoriser l’émergence d’une nouvelle discipline. C’est pourtant ce qui s’est produit : « L’introduction du triathlon aux Jeux de ­Sydney en 2000 a été une formidable reconnaissance et un coup d’accélérateur déterminant ». Même enthousiasme chez Bernard Saint-Jean, directeur général de la fédération qui insiste sur la dimension sociétale de l’activité : « Le triathlon est la fédération du XXIe siècle. Nous apprenons à nos concitoyens à se déplacer dans l’eau (natation), sur terre (course à pied) et dans l’air (vélo). Maîtriser ces savoirs est facteur d’autonomie et de santé. Nous sommes aussi partie prenante des solutions à mettre en place pour faire face aux grandes questions de société qui s’imposent à nous. Par exemple, un de nos clubs (le Stade Français) incite ses membres à se rendre au travail ou à l’école à pied ou à vélo ».

Chiffres clés

  • 1989 : création de la fédération.
  • 980 clubs.
  • 60 000 licenciés (6 à 8 % d’augmentation annuelle depuis 10 ans).
  • 130 000 participants aux manifestations.
  • 74 % d’hommes, 26 % de femmes, 26 % de moins de 18 ans.
  • 54 % des licenciés  ont entre 35 et 49 ans.
  • Discipline d’origine des triathlètes : 51 % course à pied, 19 % cyclisme sur route, 16 % natation.
  • 3 600 courses inscrites au calendrier.
  • 15 salariés fédéraux, 21 cadres techniques d’État.
  • 3 disciplines olympiques  et paralympiques (triathlon distance olympique, triathlon en relais mixte par équipe et paratriathlon), 2 disciplines reconnues de haut niveau (triathlon longue distance et duathlon longue distance).
  • Épreuves enchaînées et raids.

Le triathlon, un sport multidiscipline

Longtemps incarné par les « ironmen », ces surhommes qui pratiquent les longues distances (3,8 km de natation, 180 km de cyclisme, puis un marathon de 42 km), le ­triathlon a su innover pour transformer son image. Intégrant d’autres disciplines, il est devenu le spécialiste de l’enchaînement des épreuves de sports différents, pour tous les publics, valides aussi bien que porteurs de handicaps. C’est le résultat d’une politique réussie de diversification.

« Nous avons multiplié les disciplines, créé le ­duathlon (deux disciplines enchaînées), mis en place des circuits de course sur des distances courtes accessibles à tous (à partir de 200 à 300 m de natation, 10 km de vélo, 2 km à pied). Nous avons ouvert la possibilité de faire du triathlon en relais par équipe, y compris mixte. Une famille peut s’inscrire, chaque membre prenant le départ pour une épreuve. Le pari est gagné quand cela génère une envie : faire seul les trois épreuves la fois suivante », expose Laurent Massias, directeur technique national adjoint de la fédération en charge de la formation et du développement. « Il y a vingt ans, les clubs accueillaient des athlètes accomplis, maintenant la représentation est bien plus large, nos clubs s’ouvrent aux familles, au sport de forme et de santé ».

« Le triathlon accueille tous ceux qui veulent s’exercer aux disciplines enchaînées, à tous les âges, des familles aux athlètes olympiques et paralympiques. »
Philippe Lescure, président de la Fédération française de triathlon

Sans nage, pas de pratique

Sur le terrain, ce sont les 1 000 clubs de la fédération qui sont les fers de lance du développement. Pour organiser ses ­activités, un club doit utiliser la piscine, la piste du stade, des circuits vélo. Dernier venu, le club ajoute ses demandes aux utilisations existantes. Dans le contexte actuel de suremploi des installations, la solution tient à la compréhension des services, au soutien des élus municipaux et aux disponibilités locales.

En pratique, la création d’un club est liée à l’existence d’un créneau de piscine. Sans nage, pas de possibilité de pratiquer le triathlon. Les tentatives de créer des espaces triathlon sur des plans d’eau naturels achoppent sur la question de la surveillance. La mise en place de bouées pour délimiter des parcours de natation suffit à les classer en espaces de baignade et à imposer la surveillance correspondante. Difficile dans ces conditions de généraliser ces équipements.

« Cependant, il se crée régulièrement des clubs et les manifestations bénéficient régulièrement de l’aide des territoires qui apprécient l’image ‘‘punchy’’, jeune et moderne d’une discipline qui permet à nos concitoyens de s’exercer au triple effort », poursuit Laurent Massias.

Triathlon santé : quatre étapes pour faire le plein de vitalité !

Lancé en 2016 dans le cadre de sport-santé, le programme propose un entraînement 100 % adapté au sein de clubs labellisés triathlon santé.
Étape 1 : se connecter sur triathlon-sante.fr depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur, puis répondre à onze questions basées sur ses habitudes de vie, pathologies éventuelles et motivations.
Étape 2 : le club labellisé triathlon santé le plus proche du domicile accueille le pratiquant pour 30 minutes d’exercices permettant d’évaluer cinq points clés de sa condition physique : coordination, souplesse, endurance, vitesse et force.
Étape 3 : le pratiquant reçoit par email un bilan de condition physique personnalisé qui lui permet d’observer sa condition physique et de suivre l’évolution de son niveau au cours du temps.
Étape 4 : avec le bilan de condition physique et les pistes d’entraînement proposées par la plateforme, l’éducateur propose un programme d’entraînement 100 % personnalisé.

Ambitions de la Fédération de triathlon

« Nous avons été déçus du report des Jeux de Tokyo, car nous étions prêts », explique Philippe Lescure. Les résultats des équipes de France lui donnent raison confirmant que les feux étaient au vert pour Tokyo. En septembre dernier, Vincent Luis a remporté la finale de la World Triathlon Series de Lausanne, devenant le deuxième Français à remporter le titre de champion du monde après Olivier Marceau en 2000. Quelques jours plus tard à Hambourg, l’équipe de France de relais mixte a remporté pour la troisième année de suite la première place des championnats du monde. « Mais le propre de notre discipline c’est de faire face à l’impondérable, c’est de s’adapter. Le pire aurait été de rester dans l’incertitude. Nous avons été rassurés par la décision de reporter les Jeux de Tokyo d’une année. Notre ambition est intacte. Être enfin médaillé ! » D’autant que la relève est là. Des jeunes brillent dans les compétitions internationales.

Revoir le modèle économique

Au terme de quatre mandats, Philippe Lescure ne se représentera pas. Mesurer avec sérénité le chemin parcouru ne l’empêche pas d’anticiper les chantiers qui s’ouvriront à ses successeurs. « Pour développer les pratiques, il faut offrir des terrains de jeu, c’est-à-dire multiplier les manifestations », explique-t-il. Le système actuel date des années 90. Les manifestations sont de plus en plus compliquées à organiser et coûteuses. Philippe Lescure pointe la nécessité de revoir leur modèle économique comme de reconsidérer la place des organisateurs au sein de la fédération. Autre enjeu : « Imaginer le club de triathlon de demain. Celui-ci sera sûrement numérique. Je fais confiance à nos clubs pour innover ».

Chacun son style, chacun sa discipline

La Fédération française de triathlon propose de nombreuses disciplines enchaînées, adaptées aux envies de chacun :

  • triathlon : natation, vélo, course à pied ;
  • paratriathlon : natation, vélo, course à pied ;
  • cross triathlon : natation en eau vive, VTT, course à pied ;
  • duathlon (course à pied, vélo, course à pied) ;
  • cross duathlon : course à pied, VTT, course à pied ;
  • aquathlon : natation, course à pied ;
  • bike and run : vélo et course à pied, par équipe de deux ;
  • triathlon des neiges : course à pied, vélo, ski de fond ;
  • duathlon des neiges : course à pied, ski de fond, course à pied ;
  • raids : enchaînement d’au moins 3 sports de nature ;
  • swim run : enchaînement de parcours de natation et course à pied, répétés d’un minimum de trois segments.

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Réforme de la protection sociale complémentaire, êtes-vous prêts ?

de Rédaction de la Lettre du cadre territorial en partenariat avec la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le triathlon, fédération du XXIe  siècle

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement