Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Acteurs du sport

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Acteurs du sport

« La gouvernance partagée n’est pas un vain mot ! »

Publié le 18/03/2021 • dans : Métiers et carrières acteurs du sport

Agathe Barbieux Agence nationale du sport
D.R.

Quelles sont vos missions au sein de l’Agence nationale du sport ?

J’occupe actuellement le poste de directrice du développement des pratiques. Le pôle Développement des pratiques est constitué de deux services : le service du développement fédéral et territorial et le service des équipements sportifs. Il regroupe douze collaborateurs. Le pôle que je dirige gère en 2021 un budget de 250 millions d’euros. Le budget total de l’agence s’élève à 363 millions d’euros.

Ma mission consiste au développement de la pratique sportive de tous les publics et sur tout le territoire. Cela se traduit par un soutien aux projets nationaux via les fédérations, ou locaux via les clubs et collectivités territoriales. Une autre mission importante est le soutien à la construction et à la rénovation d’équipements sportifs.

Quels liens avez-vous avec les membres de cette gouvernance partagée ?

La création de l’agence, qui associe l’État, le mouvement sportif, les collectivités territoriales et le monde économique, permet au quotidien de renforcer les coopérations et les complémentarités entre l’ensemble des acteurs du développement du sport en France.

Au quotidien, la gouvernance partagée n’est pas un vain mot ! Nous avons des instances de concertation telles que le comité emploi, le groupe de suivi sur le développement des pratiques ou encore le comité de programmation des équipements sportifs, mais au-delà la relation est permanente avec l’ensemble de nos partenaires.

L’un de nos enjeux aujourd’hui est de réussir collectivement la déclinaison territoriale de cette nouvelle organisation par la mise en place des conférences régionales du sport sur les ­territoires.

Quel est votre rôle dans la mise en œuvre du plan de relance ?

Au sein de ma direction, nous avons un rôle déterminant pour la mise en œuvre du volet sport du plan France Relance. Sur les 120 millions d’euros attribués en 2021 et 2022 dans ce cadre, 115 millions d’euros relèvent de mesures liées au développement des pratiques sportives. Cela concerne l’emploi pour la création de 2 500 emplois supplémentaires, la rénovation énergétique des équipements sportifs avec pour objectif une réduction de 30 % de la consommation d’énergie, l’accompagnement de la transformation numérique des fédérations sportives, mais aussi le soutien des associations sportives locales les plus en difficulté ou développant des actions qui favorisent la reprise de l’activité sportive.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier pour le sport de demain ?

J’ai la conviction, dans un contexte marqué par des évolutions de plus en plus profondes, parfois de véritables ruptures, que mon métier devra se baser sur des qualités d’écoute, d’attention, de réactivité et d’innovation.

L’impact de la crise sanitaire, qui a fragilisé l’ensemble de l’écosystème sportif français, appelle à une forte implication pour imaginer de nouvelles approches et de nouvelles démarches ainsi que pour faciliter les coopérations et les synergies entre les différents acteurs.

Agathe Barbieux, son parcours

  • Depuis 2019 : directrice du développement des pratiques sportives au sein de l’Agence nationale du sport.
  • 2013 : cheffe de département au sein du Centre national pour le développement du sport (CNDS).
  • 2007 : directrice de la communication, des relations internationales et du développement de l’Insep.
  • 2003 : DESS Formation juridique et économique aux professions du sport, centre de droit et d’économie du sport (CDES) de Limoges.
  • 1998 : diplômée de l’ESC Toulouse.
  • 1992-1998 : joueuse de volley-ball en pro A USSP Albi (Tarn).

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La gouvernance partagée n’est pas un vain mot ! »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Acteurs du sport

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement