Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Eau

Compétence Gemapi : pourquoi ça rame

Publié le 06/04/2021 • Par Fabienne Nedey • dans : A la une, actus experts technique, France

Une digue de l'Isère
France digues
Pendant que les épisodes d’inondation continuent à s’égrener sur le territoire français, la mise en œuvre opérationnelle de la compétence de gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (Gemapi) avance toujours en ordre dispersé.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

L’année 2020 n’aura pas été favorable à la mise en œuvre de la compétence Gemapi (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), avec son agenda sanitaire, politique et électoral compliqué, le renouvellement des exécutifs, l’arrivée d’élus qui doivent « se mettre dans le bain ».

Pour Stéphanie Bidault, directrice du Centre européen de prévention du risque d’inondation, « le constat reste le même, le degré d’avancée est très hétérogène selon les territoires. Certains en sont à la mise en place technique et juridique : ils formalisent les études de dangers, travaillent à leurs demandes de régularisation de systèmes d’endiguement… D’autres peinent encore sur l’organisation territoriale. »

Des retards, des reports et une date butoir

Pour rappel, le dépôt, auprès des services de l’Etat, des dossiers de régularisation des systèmes d’endiguement (ensemble d’ouvrages contribuant à la protection d’une zone donnée face aux inondations) devait avoir lieu, pour les digues des catégories A et B (celles qui protègent le plus de vies humaines) avant le 31 décembre 2019, et, pour celles de classe C, avant le 31 décembre 2021.

Compte tenu des très lourdes études à mener, ainsi que de la survenue tardive, courant 2019, de textes modifiant en profondeur la réglementation applicable, une possibilité de report de dix-huit mois du dépôt de ces dossiers a été ouverte l’an dernier (prorogation non automatique, à demander au préfet avant la date butoir). Ce répit prend fin le 30 juin 2021 pour les digues de catégorie A et B. Or il est peu ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Thèmes abordés

Régions

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

L’iPad au service des collectivités

de COMPUTACENTER

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Compétence Gemapi : pourquoi ça rame

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement