Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Etudes

Finances : Un rural vaut deux fois moins qu’un urbain ? Le « oui mais » de la Banque Postale

Publié le 31/03/2021 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

Les villages à la loupe
C. Mauro / Adobestock
Dans son "Regard sur les finances des communes de métropole jusqu'à 3500 habitants" la Banque Postale revient sur le coefficient logarithmique qui fait qu'au maximum, le montant de DGF forfaitaire est deux fois moindre dans la plus petite commune rurale que dans les plus grandes métropoles. Une situation pas toujours justifiée, mais pas si simple à réformer au final.

C’était un mantra de feu-Vanik Berberian, maire de Gargilesse-Dampierre (Indre), ancien président de l’Association des maires ruraux de France de 2008 à 2020 et décédé le 8 mars dernier : la dotation globale de fonctionnement en ruralité est injustement deux fois moins élevée qu’en milieu urbain.

Le troisième regard financier sur les communes de métropole jusqu’à 3500 habitants publié récemment par la Banque Postale valide ce constat sur la partie forfaitaire de la DGF : « La population prise en compte, la population dite DGF, est pondérée par un coefficient qui croît selon une progression logarithmique, de sorte que, en schématisant, un habitant d’une commune de 200 000 habitants « pèse » deux fois plus que celui d’une commune de 500 habitants ».

Différences et ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Finances : Un rural vaut deux fois moins qu’un urbain ? Le « oui mais » de la Banque Postale

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement