Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Renfort policier

Contrat de sécurité intégrée : l’Etat répond aux critiques

Publié le 29/03/2021 • Par Hervé Jouanneau • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

Christian Gravel FFSU
capture vidéo FFSU
Le déploiement annoncé de contrats de sécurité intégrée (CSI) dans les métropoles suscite des réserves parmi les élus locaux qui y voient une rupture d’égalité pour la sécurité des citoyens. Le secrétaire général du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation, Christian Gravel, se veut rassurant.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Si la métropole de Toulouse est pour l’instant la seule à avoir conclu avec l’Etat un contrat de sécurité intégrée (CSI), l’engagement du Premier ministre à le déployer à grande échelle divise les élus locaux.

Sur le papier, pourtant, le CSI se montre avantageux : il s’agit d’un accord donnant-donnant qui garantit des renforts de policiers aux métropoles contre un engagement des collectivités à recruter des policiers municipaux et à déployer des caméras de vidéosurveillance. Dijon, Arles, Nantes et même Lyon seraient d’ailleurs sur les rangs.

Mais tous ne partagent pas le même enthousiasme. Ce nouveau contrat alourdirait l’empilement des instances partenariales de sécurité et privilégierait trop les équipements sécuritaires. Surtout, il constituerait une rupture d’égalité pour ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

PLFSS 2022 : qu’est-ce qui change pour les collectivités ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Contrat de sécurité intégrée : l’Etat répond aux critiques

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement