Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Institutions administratives

La démocratie participative locale – Fiche n°12

Publié le 12/08/2011 • Mis à jour le 22/10/2020 • Par La Rédaction • dans : Fiches de révision

Comment associer les citoyens aux décisions sans abdiquer ses responsabilités ? Deux grandes formes de démocratie participative locale existent aujourd'hui : l'une passe par le biais d’organes, et l'autre par la mise en œuvre de certaines fonctions.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le Code général des collectivités territoriales (CGCT), à travers son article L2141-1, fait du « droit des habitants de la commune à être informés des affaires de celle-ci et à être consultés sur les décisions qui les concernent » un principe essentiel de la démocratie locale, indissociable de la libre administration.

En effet, l’information n’est que le préalable et la condition d’existence de la participation des administrés. Celle-ci a été reconnue et organisée par la loi ATR (administration territoriale de la République) du 6 février 1992 et par la loi sur la démocratie de proximité du 27 février 2002.

La révision constitutionnelle de 2003 a amplifié le mouvement (introduction du droit de pétition et du référendum local). Dans la foulée de cette révision, la loi, en 2003 et 2004, est venue donner corps à ces nouveaux droits.

« Comment associer les citoyens aux décisions sans abdiquer ses responsabilités ? » Telle est la question posée par certains élus locaux, et qui résume bien le dilemme.

Aujourd’hui, il est possible d’associer les citoyens, sans nécessairement leur donner le dernier mot souverain, sous deux grandes formes de démocratie participative locale : selon qu’elle passe par le biais d’organes ou par la mise en œuvre de certaines fonctions.

I – La participation organique

A – Les comités consultatifs  sur tout « problème d’intérêt communal » (article L2143-2 du CGCT)

C’est la loi ATR du 6 février 1992 qui a institué ces comités. Ceux-ci permettent d’associer une partie de la population intéressée par un « problème d’intérêt communal » à la décision du conseil municipal.

Le conseil municipal en fixe la composition, sur proposition du maire. Les comités doivent être présidés par un conseiller municipal. Un rapport d’activité est adressé chaque année au conseil municipal.

Le maire peut consulter ces comités sur toute question ou sur tout projet intéressant les services publics ou les équipements de proximité entrant dans le champ d’activité des associations membres de ces comités.

Par ailleurs, dans les communes de 5 000 habitants et plus, il y a obligation de créer une commission communale pour l’accessibilité aux personnes handicapées, composée notamment des représentants de la commune, d’associations d’usagers et d’associations représentant les personnes handicapées. Le maire préside cette commission et arrête la liste de ses membres.

Les organes délibérants des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) peuvent également créer des comités consultatifs sur toutes les affaires d’intérêt intercommunal relevant de leur compétence sur tout ou partie du territoire communautaire (article L5211-49-1, CGCT).

B. Les conseils de quartier (article L2143-1 CGCT)

Selon l’article L2143-1 du Code général des collectivités territoriales issu de la loi « démocratie de proximité » de février 2002, dans les communes de 80 000 habitants et plus, le conseil municipal fixe le périmètre des quartiers constituant la commune.

Chacun d’eux est doté d’un conseil de quartier par le conseil municipal. Ce dernier conserve toute liberté d’appréciation quant à la dénomination, la composition et le fonctionnement de ces conseils de quartier. Ces dispositions sont facultatives dans les communes dont la population est comprise entre 20 000 et 79 999 habitants.

Les conseils de quartier peuvent être consultés par le maire. Ils peuvent lui faire des propositions sur toute question concernant le quartier ou la ville.

Le maire peut les associer à l’élaboration, à la mise en œuvre, ainsi qu’à l’évaluation des actions intéressant le quartier, en particulier celles menées au titre de la politique de la ville.

L’adjoint chargé de quartier doit connaître de toute question intéressant le(s) quartier(s) dont il a la charge. Il doit également veiller à l’information des habitants et favoriser leur participation à la vie du quartier.

(…)

Mettez toutes les chances de votre côté

ABONNE GAZETTE

Téléchargez vos fiches de révision

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La démocratie participative locale – Fiche n°12

Votre e-mail ne sera pas publié

QUERCUS

08/12/2013 10h47

Bonjour,
Soupe rhétorique et gavage médiatique, ou coproduction réelle ? A quelles expériences tangibles de formation partagée d’une décision politique locale ou d’amendements populaires de projets d’aménagement se référer ?
Cordialement.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement