logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/72812/un-vade-mecum-pour-optimiser-les-acquisitions-de-livres/

BIBLIOTHEQUES
Un vade-mecum pour optimiser les acquisitions de livres
Hélène Girard | France | Publié le 12/08/2011

Le ministère de la Culture veut préserver l’accès des petites librairies aux marchés publics.

Le service du livre et de la lecture (ministère de la Culture) a mis en ligne, le 8 août, un « Vade-mecum à l’usage des bibliothèques de l’Etat et des collectivités, et de leurs établissements » sur les marchés publics d’achats de livres.
La publication de cet ouvrage intervient alors que de nombreuses bibliothèques sont en train de renouveler leurs marchés.

Critères de qualité du service rendu   Outre des explications sur le vocabulaire de l’acheteur public et les grands axes du code des marchés, le vade-mecum attire l’attention du lecteur sur les spécificités du secteur du livre en général, des librairies en particulier, et des besoins des bibliothèques.

Nous souhaitons donner aux bibliothécaires des éléments pour discuter avec les services marchés de leurs collectivités et rédiger leurs cahiers des charges », souligne-t-on au service du livre et de la lecture. Compte tenu de la loi du 10 août 1981 sur le prix unique du livre, le facteur-prix est quasi neutralisé, il faut donc trouver les bons critères de qualité du service rendu par le libraire.

Lecture trop littérale des bibliothécaires Or les arcanes du code des marchés restent mal connus des bibliothécaires. Par prudence, ils en font une lecture « excessivement littérale », alourdissant de fait la procédure, qui décourage les libraires les plus petits.
C’est ce que constatait, en août 2010, une étude sur « l’accès des libraires aux marchés d’achats de livres des bibliothèques », réalisée par le ministère de la Culture et la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (FILL).

Dans ce document, les auteurs dressaient un bilan contrasté de l’évolution du code des marchés postérieure à la mise en œuvre de la loi du 18 juin 2003, instaurant,

Cette dernière mesure visant à préserver la place des enseignes indépendantes, jusqu’alors souvent évincées par les grossistes et les grandes enseignes.

Effort de pédagogie salutaire – Selon l’étude, la limitation des rabais « a bel et bien donné un coup d’arrêt à l’éviction des libraires des marchés publics », mais les réformes successives du code des marchés publics « ont pu décourager les plus petites entreprises ».

Les auteurs préconisaient « un effort de pédagogie en direction des acteurs de l’achat public de livres ». Un objectif que le vade-mecum vient concrétiser.

REFERENCES


POUR ALLER PLUS LOIN