Inondations

L’EPTB Seine Grands Lacs met l’accent sur les zones d’expansion de crue

Par • Club : Club Techni.Cités

EPTB Seine Grands Lacs

Le 16 mars, l’établissement public territorial de bassin Seine Grands Lacs a dressé le bilan du premier programme d’actions de prévention des inondations (PAPI) de la Seine et de la Marne franciliennes. Nouveauté 2021 : le lancement d’actions de préservation des zones d’expansion de crue.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

Inondations : apprendre à prévenir et à gérer le risque

« Au début, en 2014, il y avait seulement 6 maîtres d’ouvrage, nous avons associé 15 nouvelles collectivités. Le bilan est très satisfaisant pour ce PAPI qui est le plus important de l’Hexagone », a souligné Frédéric Molossi, président de l’établissement public territorial de bassin (EPTB) Seine Grands Lacs, qui s’étend sur un territoire de plus de 12 millions d’habitants et 18 départements. Au total, l’EPTB porte 6 PAPI, dont celui de la Seine et de la Marne franciliennes. Sur ce territoire, 508 communes sont exposées au risque inondations, dont 141 très exposées,  classées TRI (territoire à risques importants d’inondation). Et notamment 47 lycées situés en zone inondable.

Le bilan du PAPI 1 montre qu’en 6 ans, sur les 167 actions prévues sur la période 2014-2020, 75 % ont été engagées, avec 20 maîtres d’ouvrages. Les actions les plus avancées concernent les ouvrages hydrauliques (25 millions d’euros), avec notamment le prolongement de la digue de Sartrouville-sur-Montesson (Yvelines). « Cet ouvrage, en fonction depuis fin 2020, a joué son rôle lors des crues de janvier dernier », s’est réjoui le président de l’EPTB.

Un projet controversé

Au total, le PAPI 1 a engagé un budget de 182 millions d’euros. Sur ce chiffre, la majorité des financements (96 millions d’euros) va au projet très controversé de la Bassée. Ce projet de barrage sur une vallée alluviale, porté par l’EPTB depuis les années 1990, vise à aménager un espace endigué de 360 ha capable de contenir 10 millions de m3 d’eau en cas de crue. Il comprend une digue de 7 km et une station de pompage. Le conseil scientifique régional du patrimoine naturel (CSRPN), de même que le conseil national de protection de la nature (CNPN), avaient donné un avis défavorable à ce projet. après sa déclaration d’utilité publique, les travaux préparatoires ont démarré en janvier. La mise en service est prévue pour la fin 2023 ou début 2024.

L’hémorragie des zones humides

Cette vallée alluviale joue déjà naturellement un rôle d’expansion des crues. L’EPTB se dit cependant conscient de l’urgence à agir sur la préservation des zones humides. « Sur les 67 000 km2 du bassin, il ne reste plus que 214 km2 de zones humides. Il convient de stopper l’hémorragie », a alerté Pascal Goujard, directeur de l’appui aux territoires de l’EPTB.

Le PAPI 1 a permis de cartographier les zones d’expansion des crues et les zones humides du bassin amont de la Seine. « Ce travail de cartographie est unique. Nous avons ainsi pu déterminer les potentialités de stockage de ces zones qui sont évaluées à 1 milliard de m3 contre 800 millions de m3 pour l’ensemble des 4 lacs », a précisé le président. En outre, concernant les zones d’expansion des crues, « l’EPTB lance cette année huit expérimentations sur cinq territoires pilotes », a annoncé Pascal Goujard. La prise en compte de ces enjeux constituera sûrement un des axes forts du second PAPI (2022-2028). En cours de préparation, il devrait être validé en mars 2022.

Dossier
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Pourquoi la taxe d’enlèvement des ordures ménagères augmente à Montpellier

    La fiscalité des déchets va augmenter dans la métropole de Montpellier, et ce ne sera sans doute pas la dernière des collectivités à le faire cette année, du fait de hausse de la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP). François Vasquez ...

  • Un partenariat en faveur des abeilles

    L’observation d’une carrière de sable située sur la commune d’Hamel a permis d’observer d’importantes populations d’abeilles sauvages. La collectivité et l’exploitant ont développé une démarche partenariale visant à les préserver. ...

  • Cantines : même sans plastique, les contenants jetables sont à bannir

    Dans son avis, rendu le 30 mars, le Conseil national de l’alimentation (CNA) recommande les alternatives lavables connues au plastique. Il souligne également la nécessité d’accompagnement et de formation des professionnels. ...

  • Suez et Veolia trouvent enfin un terrain d’entente

    Les deux multinationales de l'environnement ont conclu un accord de principe qui prévoit une meilleure valorisation de Suez ainsi qu'un périmètre plus important pour "le nouveau Suez", qui sera l'entité restante à l'issue de cette fusion. Le projet devrait être ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Réforme de la protection sociale complémentaire, êtes-vous prêts ?

de Rédaction de la Lettre du cadre territorial en partenariat avec la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP