Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Mobilité

Travailler à l’étranger, un bonus !

Publié le 24/03/2021 • Par Maud Parnaudeau • dans : France, Toute l'actu RH

En voyage pour les congés
NicoElNino/AdobeStock
Une expérience de travail à l’étranger est source d’enrichissement, tant d’un point de vue professionnel que personnel. Les missions à l’international et l’expatriation de territoriaux restent pourtant rares et trop peu valorisées.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les territoriaux ayant travaillé à l’étranger l’affirment haut et fort : une telle expérience décuple les « soft skills » (1). « Cela m’a énormément apporté en capacité d’adaptation, de compréhension, d’altérité, d’écoute », rapporte Jérôme Kohl, chargé de mission au département des Pyrénées-Atlantiques (2 500 agents). En 2017, il est parti en expatriation sous statut de détaché auprès du MEAE, en tant que directeur du centre culturel franco-namibien à Windhoek, en Namibie.

Bien qu’enrichissantes, les missions à l’international et l’expatriation ne font pas partie de la culture territoriale, si bien qu’elles restent rares et, surtout, expérimentées par des agents travaillant dans le domaine des relations internationales.

Profitable à la collectivité

Matthieu Graindorge était chef de projets européens à la communauté d’agglomération de La Rochelle (28 communes, 717 agents, 168 700 hab.) quand, lors d’un repas professionnel à Bruxelles, un agent de la ville d’Helmond (Pays-Bas) lui a fait part d’un nouveau poste de chef de projet « mobilité intelligente et verte » créé au sein de son administration. Il lui suggère de candidater. Ce qu’il fait. Il est aujourd’hui en détachement auprès de cette commune. « Je me plaisais dans mon travail et je n’avais pas prévu de travailler à l’étranger. J’ai saisi cette opportunité, encouragé par ma directrice générale des services de l’époque, qui considérait qu’elle serait profitable à la collectivité », explique-t-il. Pour les candidats au départ, trouver un poste pour une mobilité professionnelle à l’international n’est pas toujours aussi simple.

L’action internationale des collectivités, la coopération décentralisée et les jumelages proposent des missions jusqu’à six mois. Si l’expérience reste relativement courte, son inscription dans un projet de la collectivité offre un cadre

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Références

Réintégration anticipée

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Travailler à l’étranger, un bonus !

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement