Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement du territoire

Parisiens : la chanson des mal-aimés

Publié le 15/03/2021 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Olivier Razemon
Fabien Calcavechia
La défiance contre « les bobos » et « les super-privilégiés » de la capitale atteint des sommets himalayesques. Le sort des habitants de l’Ile-de-France n’est pourtant pas si enviable, rappelle Olivier Razemon, dans un essai inspiré.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est le livre qu’Anne Hidalgo ne doit surtout pas lire avant de se lancer dans la course à la magistrature suprême. Dans « Les Parisiens, une obsession française » aux éditions de L’échiquier, Olivier Razemon met en lumière la défiance grandissante des provinciaux à l’égard des habitants de la capitale.

L’affaire n’est pas nouvelle, mais elle a pris une drôle de tournure lors du grand confinement du printemps dernier, raconte le journaliste. Les Parisiens, qui sont partis au vert pendant la mise sous cloche, peuvent en témoigner. Dans leur pied-à-terre provincial, ils en ont parfois vu des vertes et des pas mûres. Face à l’épidémie de pneus crevés et de jardins dégradés, certains d’entre eux, telle l’écrivaine Marie Darrieussecq, ont préféré ranger prudemment leur voiture immatriculée ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Parisiens : la chanson des mal-aimés

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement