Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Compétences

« Politique jeunesse : pourquoi le département est l’échelon pertinent »

Publié le 10/03/2021 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

smartphone-jeunesse-OneInchPunch-AdobeStock - UNE
Oneinchpunch-Adobe Stock
La crise sanitaire rappelle avec force la nécessité d’agir avec ambition au service des jeunes. Institution pluriséculaire, bien que régulièrement sous le feu des critiques, le Département est un échelon adapté et résilient, apte à conduire une politique jeunesse partenariale.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Vincent Terrade, Stéphanie Clément, et Valérie Briois, et Sabine Laurant

Respectivement élèves administrateurs territoriaux et élève ingénieure en chef, Inet

Un positionnement stratégique

Les compétences départementales en matière d’éducation et d’action sociale (protection de l’enfance, santé) permettent au Département d’avoir naturellement accès aux publics jeunes. L’action des conseils départementaux sur le champ des solidarités humaines et territoriales conforte ce positionnement.

La prise en charge des besoins de l’enfant, depuis les services de la protection maternelle et infantile (PMI) jusqu’à son passage à l’âge adulte et son insertion socioprofessionnelle, fait en outre toute la singularité du Département. Aux côtés des jeunes en devenir ou en construction, le Département est présent dans ce continuum des âges.

Tout en étant proche des enjeux et besoins territoriaux, le Département permet de sortir d’une approche trop axée sur le quartier ou la ville d’appartenance. Alors que le décloisonnement et l’ouverture des jeunes aux autres et à leur territoire est un enjeu essentiel, le Département peut jouer un rôle stratégique en la matière.

Un échelon apte à incarner la politique jeunesse

La politique Jeunesse, dont le chef-de-filât est confié aux Régions depuis la loi Egalité et Citoyenneté du 27 janvier 2017, peine à s’incarner. L’organisation des « grandes Régions » affaiblit la portée opérationnelle et territoriale de cette politique.

Il manque trop souvent un véritable leadership territorial adapté au caractère partenarial, sectoriel et éclaté des politiques jeunesse, comme l’illustre le schéma ci-dessous.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Une longue pratique de coopération

Fort de sa place historique aux côtés des communes et de l’État, le Département est apte à animer des politiques Jeunesse partenariales. La structuration départementale des services déconcentrés de l’État, de l’Éducation nationale et des CAF renforce cette dynamique.

L’enjeu consiste, pour le Département, à susciter l’interconnaissance et des synergies. La recherche d’une coopération commune au service des jeunes doit s’appuyer sur les réseaux d’acteurs institutionnels et associatifs qui partagent les mêmes priorités stratégiques et sont prêts à s’engager dans une logique d’évaluation systémique, à l’échelle du territoire départemental.

Cette coopération doit s’accompagner d’une action résolument volontariste du Département. Il s’agit de s’inscrire dans le “faire avec” et de savoir collaborer pour une meilleure prise en charge des publics. La lisibilité pour les usagers, qui ne peut aller sans coordination et entente entre acteurs du champ jeunesse sur le territoire, doit ainsi être un objectif de premier plan.

Un rôle d’ensemblier à conforter

Le Département est en capacité de favoriser le dialogue entre experts, élus communaux et départementaux, professionnels et intervenants des politiques publiques en faveur de la jeunesse.

L’échelon départemental permet d’autre part d’échanger et de débattre autour de réflexions globales portant sur des dispositifs impulsés au niveau local et des expériences engagées par les villes, les structures professionnelles ou le monde associatif.

Le rôle d’ensemblier du Département prend tout son sens dans un champ partagé avec les communes, à travers par exemple un plan départemental d’action pour la jeunesse.

Dynamiques régionales et départementales peuvent se renforcer l’une l’autre

Au regard des dynamiques observées au niveau départemental, il apparaît que s’opèrent finalement moins des logiques de concurrence entre les niveaux départemental et régional que des logiques de subsidiarité. L’instauration d’une scène partenariale régionale, loin d’affaiblir les dynamiques départementales, les renforcerait au contraire en leur offrant un espace de valorisation.

De fait, aujourd’hui, de nombreux Départements sont engagés dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques Jeunesse identifiées et revendiquées comme telles. Leur objectif : placer les jeunes au cœur des politiques publiques locales, en dégageant les moyens financiers et humains indispensables à leur concrétisation.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Politique jeunesse : pourquoi le département est l’échelon pertinent »

Votre e-mail ne sera pas publié