Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[PORTRAIT] Fonction publique territoriale

Anne-Sophie Dournes : du pragmatisme et une bonne dose de fermeté

Publié le 17/03/2021 • Par Julie Krassovsky • dans : France, Toute l'actu RH

annee sophie dournes
fabien calcavechia
Après une carrière plutôt calme d’enseignante et de formatrice, la nouvelle directrice générale des services de Saint-Denis, Anne-Sophie Dournes, a opéré un virage vers d’importantes directions opérationnelles. Une ascension rapide dans la territoriale.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Depuis son vaste bureau intégralement encadré par de larges baies vitrées, Anne-Sophie Dournes peut contempler à loisir la basilique où sont inhumés les rois de France. La DGS a pris possession des lieux dès l’été, aussitôt passées les élections municipales qui ont consacré, à Saint-Denis, la chute d’un siècle de leadership communiste.

Au côté du nouveau maire (PS), Mathieu Hanotin, la responsable est en terrain familier, à double titre. Elle connaît bien ce territoire pour avoir occupé plusieurs postes au sein du département. Ensuite, par sa proximité déjà ancienne avec l’édile, tout à tour vice-président du département de la Seine-Saint-Denis puis délégué au sport et aux grands événements. « Nous avons pris nos postes à la ville en même temps, nous sommes tous deux dans une première expérience réciproque », confie la DGS qui dit souvent « on », se positionnant de fait dans cette victoire politique.Le déballage des cartons à l’hôtel de ville a été bref, tant la rentrée a été perturbée. Dès le mois d’octobre, la mobilisation des agents s’est en effet mise à gronder juste sous les fenêtres du maire et de celles d’Anne-Sophie Dournes. En cause ? La décision de la nouvelle municipalité d’amener les agents de la ville à effectuer 1 607 heures travaillées par an.

Défi ardu

« Le maire avait annoncé vouloir conduire cette réforme dans le cadre du retour à la légalité et qu’elle serait mise en œuvre rapidement. On a fait ce choix », justifie sans ciller la directrice. Autre élément de grogne : la mise en place du Rifseep (régime indemnitaire), qui conditionne une partie de la prime annuelle des agents au présentéisme.

« Rien n’obligeait à lier les deux, ni à faire de cette mesure une priorité absolue. Cela donne le ton

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Anne-Sophie Dournes : du pragmatisme et une bonne dose de fermeté

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement