Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Transition écologique

Des états généraux de la société écologique post-urbaine

Publié le 25/02/2021 • Par Auteur associé • dans : France

8728674752_64ccb1e68b_k
E. D
Un collectif de chercheurs et de militants, menés notamment par Guillaume Faburel, professeur d’études urbaines à l’université Lumière Lyon 2, prépare des Etats généraux de la société écologique post- urbaine. Objectif, réfléchir à des modes de vie plus soutenables, organisés autour des villes moyennes et des ruralités.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Grosseur et démesure des grandes villes sont responsables d’une crise écologique et sociale majeure. Un exode urbain à bas bruit est engagé d’assez longue date, amplifié de quelques envies muries durant le confinement. Nous pensons qu’il est devenu vital de penser une réorganisation spatiale du peuplement au profit de milieux et cadres de vie à taille humaine et écologique. Ce sont les espaces plus ouverts, ces ruralités longtemps présentées comme de confins, les petites villes et villes moyennes présentées comme en déclin qui offrent des possibilités pour le ralentissement, le soin de la terre et la réhabilitation de certains savoir-faire dans des systèmes économiques bien plus résilients et égalitaires.

Pour une critique du monde métropolitain

Il est donc temps d’ouvrir le débat critique sur les modes de vie métropolitains et leurs imaginaires de la croissance. Il est temps de faire droit à d’autres formes de vie, celles de la sobriété, et ainsi de donner à voir les expériences alternatives, souvent engagées, qui maillent depuis plusieurs années des pans entiers de l’hexagone. Il est temps enfin d’œuvrer directement à un ré-équilibrage écologiquement viable et socialement juste des espaces de peuplement, en ouvrant une perspective globale de déconcentration, de relocalisation, de décroissance. C’est le dessein des Etats généraux de la société écologique post-urbaine : sensibiliser à l’ampleur de tels enjeux, épauler la mutation engagée, particulièrement auprès des populations qui se posent de plus en plus de questions, et des institutions territoriales de plus en plus empreintes face à la nécessité vitale d’une telle rupture.

Ces Etats généraux se tiendront les 27, 28 et 29 mai 2021, avec 32 organisations de l’alternative écologique et sociale, de la Fondation de l’Ecologie Politique aux mouvements tels que Terre de liens, Colibris et le Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne, des réseaux Relier, InPact, Reneta, Miramap, Localos et le Réseau des territorialistes à des associations telle que ATD Quart Monde, ONG telle que Notre Affaire à Tous, unions telle l’Union Nationale des Acteurs du Développement Local, des collectifs Habitants de Logements Ephémères ou Mobiles à ceux d’habitats coopératifs (Habicoop AURA, Cap Habitat Coopératif), des collectifs de la désobéissance écologiste (Désobéissance Ecolo Paris) à ceux de la décroissance (Maison commune de la décroissance, Objecteurs Occitanie – Aderoc, Ile de France Décroissance), le tout en passant par des Universités rurales en construction (Cévennes) et plusieurs archipels à ce jour très agissants (à l’exemple de L’Archipel du Vivant)…

La richesse des ruralités

Il s’agira, deux jours et demi durant, de donner du souffle et du corps à cette société écologique, pour donner à voir et à sentir ce monde hors de la métropole, riche de ruralités vivantes, de cultures paysannes et de multiples collectifs agissants, des hameaux aux villages, des petites villes aux villes moyennes. Pour alors s’engager collectivement dans ce monde déjà largement émergent, celui d’autres formes d’habiter de la terre, de la Terre, celui d’une nouvelle géographie, enfin sociale ET écologique.

Au programme de ces journées, Marche funèbre de la Métropole et Serment du post-urbain, Ateliers des rêves et Vision agissante de la société écologique, Village des alternatives et Géographie biorégionale. Pour cette préparation, de février à mai, en plus des travaux par groupes d’intérêt, seront produites des notes critiques sur les trop fameuses évidences urbaines d’aujourd’hui ou encore sur les cultures de la néo-paysannerie, le tout accompagné de débats filmés qui se tiendront chaque avant-dernier jeudi du mois, de 19h à 20h30. Afin de préparer ce changement de paradigme qui va tou.te.s nous toucher. Afin de prendre date pour un à-venir déjà là et alors reprendre notre bien-vivre en main.

Pour toute information : https://www.post-urbain.org/

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Réforme de la protection sociale complémentaire, êtes-vous prêts ?

de Rédaction de la Lettre du cadre territorial en partenariat avec la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des états généraux de la société écologique post-urbaine

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement