Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Services publics

Eau et assainissement : pourquoi la gestion en régie gagne du terrain

Publié le 01/03/2021 • Par Fabienne Nedey • dans : France

Usine de Super-Rimiez, sur les hauteurs de Nice.
Régie Eau d'Azur
On peut parler d’une lame de fond : d’année en année, la gestion en régie des services de l’eau et de l’assainissement fait de plus en plus d’émules. Plusieurs freins ont sauté et le contexte global incite les élus à envisager sérieusement la question.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le passage en régie de la gestion de l’eau de grandes métropoles (Paris, Nice, Montpellier, Grenoble, Bordeaux, Lyon…) a créé un effet de loupe. Mais, en réalité, depuis une dizaine d’années, la part de la gestion publique de l’eau et de l’assainissement connaît une croissance douce et régulière dans toute sorte de territoires. « Il s’agit d’une tendance durable, conséquence d’une évolution de l’environnement : la solution “régie” est devenue crédible pour un certain nombre d’élus qui ne l’auraient pas envisagée avant », observe Stéphane Baudry, manager associé du cabinet Calia conseil.

Fait notable : les postures souvent très dogmatiques qui, longtemps, ont présidé au choix du mode de gestion ont fait place à des motivations pragmatiques, concernant la proximité du service, l’ancrage local des emplois, la solidarité tarifaire, la gouvernance et la gestion durable de la ressource dans un contexte de changement climatique. Ce sont les éléments mis en avant, notamment, par Christian Estrosi, maire (LR) de Nice et président de la métropole Nice Côte d’Azur (49 communes, 538 000 hab.), qui a lancé sa régie, Eau d’Azur, en 2013.

Des régies plus solides grâce à la loi « Notre »

Les régies, aussi, ont changé. « La régie personnalisée présente de gros atouts : emploi de personnels de droit privé, taille humaine, lien hiérarchique resserré, efficacité dans la réalisation des missions… Son encadrement réglementaire s’est également stabilisé, autorisant, par exemple, une régie unique pour l’eau et l’assainissement » ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Réforme de la protection sociale complémentaire, êtes-vous prêts ?

de Rédaction de la Lettre du cadre territorial en partenariat avec la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Eau et assainissement : pourquoi la gestion en régie gagne du terrain

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement