Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sécurité

Des professionnels se regroupent pour agir contre la délinquance des mineurs non accompagnés

Publié le 04/03/2021 • Par Rouja Lazarova • dans : Actu experts prévention sécurité, Innovations et Territoires

delinquant
FLORIN RUSU/ADOBESTOCK
Bordeaux a impulsé la création d’un observatoire afin de mieux appréhender le phénomène des mineurs étrangers délinquants.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

[Bordeaux, Gironde, 256 000 hab.] « La présence de mineurs étrangers en errance, commettant des actes de délinquance sur notre territoire, remonte à la fin 2017 », se souvient Guillaume Roche, chargé de mission « prévention » à la mairie de Bordeaux. A l’époque, certains volaient des téléphones portables ou arrachaient des colliers aux passants sur la voie publique, en soirée. Progressivement, cette délinquance s’est étendue sur la journée, elle s’est aggravée et des armes blanches ont fait leur apparition.

Lyrica, Rivotril

Mais ces délinquants sont également des victimes. « Il s’est avéré que les places dans les squats où ils dorment étaient assujetties à un paiement sous forme de produits volés ou d’argent », précise Guillaume Roche. Il estime le nombre de ces jeunes à une cinquantaine. Ils sont marqués par la polytoxicomanie : en plus du cannabis, ils consomment l’anxiolytique Lyrica et l’antiépileptique Rivotril. Cela favorise les troubles du comportement et les passages à l’acte. Enfin, ces mineurs sont très réticents à tout contact avec les travailleurs sociaux de rue et refusent toute offre de prise en charge.

« Ce phénomène complexe pose devant nous deux défis :

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des professionnels se regroupent pour agir contre la délinquance des mineurs non accompagnés

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement