Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Services publics

Violences sexuelles : former les agents pour aider les enfants

Publié le 12/02/2021 • Par Solange de Fréminville • dans : Actu experts prévention sécurité, France

Little baby child sitting on bed playing with the doll in the da
Yupachingping /Stock.adobe.com
Les récentes affaires d’inceste médiatisées montrent qu’il est très difficile pour les victimes de sortir du silence. Comment écouter et aider les enfants ? Les agents territoriaux sont, sur ce sujet, bien souvent en première ligne.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les révélations de Camille Kouchner dans son livre « La Familia grande » n’ont pas fini de provoquer des déflagrations dans l’espace public, un an après le récit de Vanessa Springora dans « Le Consentement » (1). Au-delà de la mise en cause de personnalités et des connivences qui les ont longtemps protégées, elles ont le mérite de mettre sur le devant de la scène les violences sexuelles faites aux mineurs dans tous les milieux sociaux.

inceste1

Une chape de silence pèse depuis longtemps sur les victimes, pourtant nombreuses et très jeunes au moment des faits. Le huis clos familial, le mutisme d’enfants amenés à se taire par honte, par peur, par méconnaissance ou sous l’emprise de l’agresseur n’expliquent pas tout. Selon une enquête du Défenseur des droits, à l’époque Jacques Toubon, sur l’accès aux droits, en 2017, si les témoins d’une atteinte aux droits des enfants ne font pas de démarches, c’est parce qu’ils considèrent qu’ils manquent de preuves (53 %) ou que cela ne les regarde pas (41 %). Pourtant, tout citoyen a une obligation de signalement auprès de la cellule de recueil des informations préoccupantes (Crip) du département ou du procureur de la République, simplement sur la base de ce qu’il a observé ou entendu.

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Protection sociale complémentaire : que change l’ordonnance pour les agents et les collectivités ?

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Violences sexuelles : former les agents pour aider les enfants

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement