Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Covid-19

Les priorités vaccinales à l’épreuve des inégalités sociales

Publié le 09/02/2021 • Par Alexandre Léchenet • dans : A la une, Actu expert santé social, France

vaccination-covid
Feydzhet Shabanov / AdobeStock
En Seine-Saint-Denis et à Mayotte, la surmortalité a été plus importante l'an dernier, en plein cœur de la crise sanitaire. Comment expliquer dans ce cas que l'on vaccine moins dans ces territoires ?

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En Seine-Saint-Denis, l’épidémie a été plus meurtrière qu’ailleurs. En 2020, il y a eu 20% de morts de plus que l’année précédente. Et pourtant, le département figurait encore en queue de classement en termes de vaccination : 25 700 injections avaient été réalisées en Seine-Saint-Denis, le 7 février. Dans la Gironde, qui compte légèrement moins d’habitants, 47 700 personnes avaient été vaccinées, au moins une fois, à la même date.

 Un « effet social » dans la surmortalité

Comparer les chiffres à l’ensemble de la population est risqué, puisque la structure de la population est différente d’un département à un autre et que le vaccin n’est, pour l’instant, accessible principalement qu’aux plus de 75 ans. Or, 5% des Séquano-dyonisiens ont plus de 75 ans, contre près de 9% en Gironde. Néanmoins, malgré cette jeunesse, la surmortalité a tout de même été plus forte en Seine-Saint-Denis lors de la première vague.

Cette surmortalité a touché avant tout les personnes âgées du département, ont analysé des chercheurs en géographie et un pneumologue, dans un travail de recherche publié en novembre. Cependant, ils mettent en garde : « L’effet social s’ajoute à

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Initier et piloter une démarche de transformation par le cloud : l’exemple de Radio France

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les priorités vaccinales à l’épreuve des inégalités sociales

Votre e-mail ne sera pas publié

Bonne question

10/02/2021 08h25

Est-il vraiment opportun de vacciner les personnes agées ?
Deux faits récents :
Camille Lehoux, doyen des bretons, est décédé à l’âge de 108 ans, à Penvénan.

Camille Lehoux, le doyen des hommes bretons aurait fêté ses 109 ans, le 25 juin prochain. Il vient de s’éteindre au foyer-logements, au sein de la résidence autonomie de la commune de Penvénan (22), où il était entré en 2013. Malgré son âge avancé, celui qui avait survécu à deux guerres mondiales et diverses épidémies comme la grippe espagnole avait tenu dernièrement à se faire inoculer le vaccin contre la covid lors de la campagne de vaccination organisée par l’établissement. « Depuis quelques jours, il se sentait fatigué » confiait l’un des membres de l’équipe médicale de l’EHPAD.

Deuxième cas en deux articles : le premier du 30/01/2021, le second du 3/02/2021
« La doyenne du département vaccinée et en bonne santé

Marie-Claudine Fourrier, 110 ans, vit à la la Villa Sainte-Agnès, dans le Tournugeois. Un établissement qui a été durement frappé par le virus. »
À 110 ans, la doyenne de la Saône-et-Loire nous a quittés

« Marie-Claudine Fourrier s’est éteinte dans la soirée du 1er février à 110 ans à la Villa Sainte-Agnès de Bonnay. La Clunisoise d’adoption y résidait depuis 2013. Elle était la doyenne de Saône-et-Loire. »

Fab44

10/02/2021 03h24

Bonjour,
Votre commentaire sous-entend-il lourdement que le vaccin aurait précipité la mort de ces 2 personnes ?
Sachant qu’à la date du 08/02 il y avait plus de 411 000 résidents vaccinés en ehpad et usld (donnée Géodes), et que l’espérance de vie moyenne en ehpad est de 3 ans et 4 mois (donnée Drees), on trouvera fatalement et malheureusement nombre de personnes âgées qui décéderont peu de temps après une injection.
L’erreur habituelle en stats consiste à confondre corrélation et causalité, qui n’ont rien à voir…
Quant à l’opportunité ou non de vacciner les personnes âgées, la réponse est nette : sur 56 000 décès à l’hôpital à la date du 08/02, 53 000 avaient plus de 60 ans. Donc oui, on vaccine !
Ce qui n’exonère pas à terme les moins de 60 ans, car si la létalité du virus y est heureusement bien plus faible, on y retrouve une proportion de « covid long » (symptômes sur la durée, parfois invalidants) qui est loin d’être négligeable.

Bonne question

16/02/2021 08h53

Mon commentaire rapprochait juste deux dates.
Quel besoin de vacciner des personnes si âgées ? Dans le cas de Madame Fourrier, elle est déclarée en bonne santé avant sa vaccination et morte quelques jours après. Quand quelqu’un décède avec la covid on le déclare mort de la covid. Quand il meurt quelques jours après une injection du vaccin vous nous dites qu’il n’est absolument pas sûr qu’il en soit mort. C’est possible, mais il est possible aussi que sur les 53 000 personnes de plus de 60 ans mortes en hôpital avec la covid, un très grand nombre soient décédées pour d’autres raisons.
Je ne sais pas qui insiste lourdement sur ce point quotidiennement dans les médias….
Quand à l’opportunité de la vaccination pour éviter les formes longues de la covid, l’exemple d’Israël n’est pas si rassurant que cela…

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement