Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Prévention des risques

Sécheresse et sols argileux : mieux reconnaître les risques sur les bâtiments

Publié le 05/02/2021 • Par Hélène Huteau • dans : A la une, actus experts technique, France

une-argile
BRGM - P.Burchi
Une proposition de loi souhaite rendre plus transparente la reconnaissance d’état de catastrophe naturelle pour les communes dont les bâtiments se fissurent, suite aux sécheresses. Les élus seront davantage accompagnés et les sinistrés mieux couverts. La réforme du régime ne s’attaque cependant pas aux financements d’un risque devenu chronique.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les chiffres sont particulièrement parlants : les dommages sur les bâtiments liés à la rétractation et au gonflement des sols, ont augmenté de 50 % entre 1950 et 2006. Et ils devraient encore augmenter de 50 % entre 2021 et 2040. On compte également pas moins de 4300 demandes communales de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle, au titre de la sécheresse 2018, notamment dans le nord-est. Les terres argileuses y sont particulièrement sensibles à ce phénomène de retrait puis gonflement, qui provoque des fissures dans les maisons, parfois jusqu’à les rendre inhabitables. Aujourd’hui, 4 millions de maisons sont potentiellement concernées par ce phénomène, estime le ministère de la Transition écologique.

Critères de reconnaissance opaques

« Il concerne beaucoup de ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

L’iPad au service des collectivités

de COMPUTACENTER

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Sécheresse et sols argileux : mieux reconnaître les risques sur les bâtiments

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement