Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Cet article vous est proposé par ADVANTAGE AUSTRIA

La ville du futur, un défi démographique et environnemental

Publié le 02/02/2021 • Par Auteur partenaire • dans : Contenu partenaire

VISUEL_ARTICLE_GDC
D.R.
Alors qu’en 1900 à peine à 15 % de l’humanité vivait en ville, on estime qu’en 2050, 70 % des humains seront citadins, et 50 % d’entre eux occuperont un habitat informel. Le vieil occident, déjà urbanisé à plus de 80 %, ne peut esquiver les défis socio-culturels, politiques et environnementaux du nouveau millénaire. En Europe, l’Autriche du XXIe siècle, conjugue avec détermination le développement des technologies nouvelles avec les traditions d’une véritable culture urbaine. Dans un territoire qui mêle plus que jamais les origines et les générations, les sciences de l’information sont au service d’une urbanité durable.

Cet article fait partie du dossier

Ville du futur, ville sûre : la mobilité

La révolution digitale, outil indispensable de la ville de demain ?

Depuis la Renaissance et jusqu’à l’aube du XXe siècle, les rêves de cité du futur se sont toujours appuyés sur les évolutions technologiques. Il n’est donc pas étonnant qu’en 2021 la révolution digitale soit présentée comme la mère des solutions et que la ville de demain prenne la forme d’un écosystème interconnecté. Mais face à la crise environnementale, les programmes hyper-technologiques font place à des projets de villes « bas carbone », où la recherche du confort de vie et d’une planète préservée prend le pas sur la performance. Avec une ville ouverte qui prend en compte le territoire bien au-delà des limites urbaines, plusieurs modèles s’affrontent aujourd’hui. Entre la ville ultra technologique et la ville en rupture, éclatée dans le milieu naturel, se dessine une ville hybride, qui infuse vers le milieu naturel et intègre une agriculture urbaine, nutritive et divertissante. À Vienne, par exemple, Siemens Austria développe l’environnement digital du projet Aspern Smart City de Seestadt. Une réalisation ambitieuse, où la mise en œuvre d’un réseau intelligent reposant sur l’ICT (Information and Communication Technology) connecte les systèmes de production et de gestion de l’énergie, du chauffage urbain, de l’éclairage ou de la sécurité et organise les interactions avec les modes de vie des habitants. Ce nouvel écoquartier, bâti selon une échelle traditionnelle, mêle habitat, espaces de travail et de loisir avec un objectif d’efficience énergétique affirmé. Un écosystème de services et d’objets, des mobilités douces y promettent un cadre de vie plus adaptatif et confortable.

Fédérer les citoyens avant de connecter les datas

La smart city revêt bien des formes, et l’Asie verra certainement se développer des mégapoles verticales, tandis que le modèle européen intégrera différemment la verticalité dans la ville de demain. À Vienne, la tour Hoho, un des plus hauts immeubles à structure hybride bois/béton au monde, a été conçue par les architectes de Rüdiger Lainer conjuguant le savoir-faire de la holding MMK pour les planchers et de Hasslacher Norica Timber pour les structures verticales. Ce projet innovant témoigne des avantages de la construction hybride qui fleurit partout en Europe, à Londres, à Paris ou à Stockholm. La ville européenne qui se transforme, adopte en parallèle une approche plus collaborative, qui place les innovations sociales au centre de l’action publique. Ainsi dans le quartier populaire et industriel de Simmering à l’Est de Vienne, 21 000 habitants sont impliqués dans une opération de renouvellement urbain. Le programme Smarter Together, piloté par la CEE, associe les Viennois aux projets de transformation des structures urbaines existantes, que ce soit par l’amélioration des performances énergétiques des bâtiments, l’apport des énergies nouvelles ou grâce à un réseau connecté de mobilités urbaines.

Ainsi l’Autriche s’affirme-t-elle comme un leader européen des nouvelles politiques de la ville: À Vienne, à Innsbruck, ou encore à Graz avec le Greentech Cluster Styria, des stratégies de développement numérique sont engagées par l’État et les collectivités locales, soutenus par un réseau actif d’entreprises de la construction, des énergies vertes, du transport public, du traitement des eaux et du recyclage des déchets. Notre futur cadre de vie s’y dessine avec pragmatisme, associant l’audace de l’ingénierie digitale et les vertus d’une croissance douce.

Contenu proposé par ADVANTAGE AUSTRIA

Prochain Webinaire

Acteurs publics, comment optimiser vos dépenses informatiques grâce au cloud ?

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La ville du futur, un défi démographique et environnemental

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement