Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Grands projets

Trois après l’abandon de Notre-Dame des Landes, les élus réclament des comptes

Publié le 28/01/2021 • Par David Picot • dans : France

bruit
BackyardProduction - Istock
La décision du gouvernement de ne pas transférer l’aéroport de Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes avait été assortie d’engagements pour protéger les populations riveraines. Trois ans plus tard, des élus locaux « sonnent l’alarme ».

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Comme un cri dans le désert, sur fond d’une crise sanitaire qui rend inaudible tout autre sujet … Le 17 janvier 2018, le gouvernement décidait de ne pas transférer l’aéroport de Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes. Et en conséquence, de réaménager la plateforme aéroportuaire existante. A l’époque, le Premier ministre Edouard Philippe avait évoqué « des compensations exemplaires » pour les communes et les riverains de l’aéroport.

« Trois ans plus tard, nous sonnons l’alarme », résume Aude Amadou, la députée (LREM) de la circonscription, en compagnie d’élus de communes riveraines de l’aéroport : Jean-Claude Lemasson (DvG), Sandra Impériale (DvC) et Hervé Neau (DvG), respectivement maires de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu (3 900 hab.), de Bouguenais (19 300 hab.) et de Rezé (41 400 hab.).

Point mort

« Entre atermoiements et indécisions, nous en sommes quasiment au point-mort », lance le premier, édile d’une commune qui figure en bout de piste de Nantes-Atlantique. Certes, une

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Trois après l’abandon de Notre-Dame des Landes, les élus réclament des comptes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement