Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

[Fiche finance] Gestion

La renégociation des partenariats public-privé : un gisement d’économies à ne pas négliger

Publié le 27/01/2021 • Par Auteur associé • dans : A la Une finances, Actu experts finances, Fiches Finances, France

DGS-elu-illustration
adobestock
Alors que nombre de collectivités gèrent activement leurs emprunts bancaires, une autre forme d’endettement est trop souvent laissée de côté : celle souscrite à l’égard des entreprises titulaires de marchés (ex-contrats) de partenariat public-privé. Plusieurs exemples récents montrent pourtant que, par-delà leur complexité, ces contrats peuvent offrir d’intéressantes marges d’optimisation qui justifient d’envisager leur renégociation et même parfois leur résiliation anticipée. Les pistes à explorer pour ce faire et les chausse-trappes à éviter sont examinées dans la présente fiche.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Vivien Groud

consultant, Cabinet Michel Klopfer

 

Des contrats complexes porteurs de surcoûts importants

La souscription d’un PPP consiste pour une collectivité publique à confier à un acteur privé (entreprise ou consortium) la construction et l’exploitation d’un équipement, moyennant le versement d’un loyer au sein duquel ce dernier répercute l’ensemble de ses coûts :

  • les coûts de financement sont intégrés dans un loyer d’investissement, qui transpose les flux d’amortissement du ou des contrats de prêt contractés par le PPPiste pour financer ses Cette partie du loyer est donc imputée aux comptes 1675 (pour la part capital) et 6618 (part intérêts) ;
  • les charges courantes de l’entreprise sont quant à elles incorporées à un loyer de GER et/ou de fonctionnement, comptabilisé au 611.

Désormais largement répandu (établissements ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Protection sociale complémentaire : que change l’ordonnance pour les agents et les collectivités ?

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La renégociation des partenariats public-privé : un gisement d’économies à ne pas négliger

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement