Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Cet article vous est proposé par Commission européenne

L’Europe déploie une force de frappe financière inédite pour la relance

Publié le 21/01/2021 • Par Auteur partenaire • dans : Contenu partenaire

300X200_VISUEL1
D.R.
L’Union européenne vient d’approuver son budget pour la période 2021-2027 ainsi que son plan de relance qui vont contribuer à hauteur de 1 800 milliards d’euros à la relance de l’économie dans les territoires. Présentation avec Alain Dumort, chef de la représentation régionale de la Commission européenne en France et Adina Revol, conseillère économique.

Quelle réponse apporte l’Europe aux conséquences de la crise sanitaire ?

L’Europe déploie une force de frappe financière inédite qui va considérablement stimuler l’activité économique dès 2021. En dépit du contexte de crise sanitaire, de crise économique et du Brexit, les 27 sont en effet parvenus à finaliser le cadre budgétaire des sept prochaines années, et à maintenir un budget sensiblement proche du précédent, à 1 074 milliards d’euros. Un résultat d’autant plus remarquable que le Royaume-Uni ne contribue plus à cette enveloppe.

En outre, les États européens sont également tombés d’accord pour investir 750 milliards d’euros dès à présent dans un plan de relance historique, à la hauteur des enjeux.

Le plan de relance est basé sur la solidarité entre les États membres qui se portent collectivement garants de l’emprunt européen afin de permettre des investissements massifs là où les besoins sont les plus grands, comme la transition climatique et numérique.

Pour la France, et plus particulièrement pour les territoires, qu’est-ce que cela signifie ?

De façon concrète et à très court terme, cela signifie que la France disposera de 37,4 milliards d’euros à utiliser dans le cadre du plan de relance (voir focus ci-dessous). Elle pourra également débuter très vite la programmation des projets financés par les fonds structurels. Gérés pour la plupart par les régions, ce sont ces fonds qui ouvrent le plus d’opportunités pour les collectivités, même pour les plus petites communes.

Que ce soit sur l’efficacité énergétique des bâtiments, la mise en œuvre d’un pôle de transport multimodal, le déploiement de services numériques ou encore la prévention des risques naturels, le défrichement ou le débroussaillage des zones d’incendie, des aides existent et peuvent contribuer à alléger considérablement la facture des investissements qui doivent de toutes les façons être engagés.

Ces fonds sont-ils accessibles aux plus petites collectivités ?

Oui, mais il ne faut pas hésiter à se regrouper, à passer par l’échelon intercommunal ou départemental pour bénéficier de fonds européens : souvent, cela permet d’engager des démarches de dimension territoriale également intéressantes, qui pourront donner lieu à d’autres initiatives par la suite.

La gestion des fonds européens peut paraître complexe, c’est une réalité. Mais c’est également un apprentissage qui ouvre des portes inédites vers des programmes vraiment enrichissants. Des projets de coopération entre organisations et territoires européens qui partagent les mêmes problématiques ou encore des programmes qui s’adressent aux jeunes, aux petites entreprises ou aux personnes les plus précaires peuvent émerger dans le cadre de ce type de démarches. Le champ est vaste, des opportunités existent, elles méritent que l’on s’y intéresse ! En outre, la Commission a proposé quelque 80 mesures de simplification pour la mise en œuvre des fonds structurels à partir de cette année !

La relance européenne parie sur la transition écologique et numérique

L’essentiel du plan de relance européen (aussi appelé « NextGenerationEU ») se décline dans un fonds appelé la « Facilité pour la reprise et la résilience ». Doté de 672 milliards d’euros, ce fonds doit permettre aux États membres d’investir très rapidement dans des projets d’envergure. La France, qui compte parmi les économies les plus affectées par la crise sanitaire, notamment du fait de l’impact de cette crise sur le tourisme et les services, bénéficie d’une des plus grosses enveloppes, avec 37,4 milliards d’euros.

Priorité est donnée aux projets contribuant à la transition climatique (37 % de l’enveloppe), à la transition numérique (20 % de l’enveloppe) et à la cohésion sociale. Les États doivent en outre s’engager sur des mesures visant à renforcer leur résilience face aux crises, des réformes dont les contours varient en fonction de la situation des pays.

La Facilité est complétée par une aide d’urgence de 47,5 milliards d’euros (appelée « REACT-EU ») disponible dès 2020 via les fonds structurels en fonction de la gravité des effets socio-économiques de la crise, notamment le taux de chômage des jeunes et la prospérité relative de chaque État membre. Des fonds supplémentaires sont alloués pour accélérer la transition énergétique : 10 milliards d’euros seront destinés à assurer une transition socialement juste et 7,5 milliards pour la relance des zones rurales.

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement