Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Economie

Les pôles territoriaux de coopération économique veulent s’inviter dans le plan de relance

Publié le 08/01/2021 • Par Pascale Tessier • dans : France

economie_innovation_une
everythingpossible - Fotolia.com
Méconnus et sans moyens financiers soutenus, les pôles territoriaux de coopération économique peuvent-ils prendre leur part dans la relance économique ? C’est ce que préconise un rapport du Labo de l’ESS remis à Bercy.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Relance : quels leviers pour les collectivités ?

On ne sait pas trop qui ils sont ni à quoi ils servent concrètement, mais dans l’idée de faire participer à la relance tous ceux qui peuvent être acteur, les pôles territoriaux de coopération économiques (PTCE) lèvent le doigt. Peuvent-ils donc apporter leur pierre à l’édifice ? Oui, entend démontrer le rapport du Labo de l’ESS (l’Economie sociale et solidaire) qui sera officiellement remis ce vendredi 8 janvier à Olivia Grégoire, lors de sa visite dans l’une de ces structures à l’Île-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). En commandant cette étude, la secrétaire d’État à l’Économie sociale, solidaire et et responsable, souhaitait que soit dressé un état des lieux afin de déterminer les conditions du maintien de ces structures méconnues ou mal identifiées, reconnues par la loi du 31 juillet 2014. Pour Hugues Sibille, président du Labo de l’ESS, les PTCE sont, non seulement, innovants et efficaces mais ils « correspondent aux enjeux de la période actuelle et méritent d’être relancés. »

Pas de trésorerie suffisante pour une année

Sur un territoire donné, un PTCE réunit des acteurs (entreprises, collectivités locales, organismes de formation, etc.) mobilisés pour développer ensemble des projets économiques innovants, dans le cadre d’une stratégie permettant de recréer des emplois, des filières et de revitaliser des territoires sinistrés sur les plan social ou économique.

Aux 56 PTCE actuellement en activité (sur les 74 créés en métropole, à la Réunion et en Guyane), s’ajoutent des émergents et une troisième catégorie fonctionnant sur le même modèle mais répondant plus à la dénomination de tiers-lieux. Selon Hugues Sibille, les PTCE identifiés comme tels sont « sans politique de soutien depuis un long moment. » Leur budget moyen est de 247 000€ (oscillant entre 27000 et 750000€) mais en-dessous de 100000€ pour 42 % d’entre eux, et entre 400 000 et 500 000 pour 26 % des pôles interrogés. 43 % de leurs ressources émanent de subventions publiques, 27 % de la vente de services, le reste étant apporté par des cotisations, du mécénat, de manière très inégale d’une structure à l’autre.

La quasi-totalité des PTCE a bénéficié de financements régionaux, nationaux, départementaux, communaux ou intercommunaux, mais dans les trois quarts des cas, « la trésorerie ne permet pas d’assurer une année d’activité ». Ils comptent en moyenne 10 à 15 bénévoles et un équivalent temps plein de 3,3 salariés.

Susciter le soutien des collectivités locales

Dès le premier confinement, les PTCE ont été impactés : 78 % d’entre eux ont été contraints de décaler des projets et 67 % ont dû les modifier. 56 % ont recouru au chômage partiel pour leurs salariés. Si une partie des établissements avait retrouvé un niveau d’activité « relativement normal » à l’issue du premier confinement, ils sont désormais 67 % à estimer que l’impact de la crise affectera durablement leur activité. Pour le rapporteur, la priorité est donc de consolider leur modèle économique. Il pointe également « un manque de visibilité et de soutien public » devant inciter à la vigilance, tout autant qu’il apparaît nécessaire de faire connaître l’action des PTCE et qu’ils soient soutenus les collectivités locales.

Parmi les propositions, la première vise donc à identifier et valoriser les pôles. Par exemple, en créant un événement national de redynamisation, ou en dédiant des financements régionaux spécifiques. Une autre préconisation vise à lancer un appel continu à manifestation d’intérêt, piloté par la banque des Territoires et donnant lieu à des conventions pluriannuelles d’objectifs. Le rapport suggère aussi de financer l’émergence de nouveaux PTCE avec l’aide de la Caisse des dépôts, ou bien  de mobiliser l’ensemble des niveaux de collectivités et l’Etat pour impliquer les PTCE dans les contrats de relance de transition écologique (volet important du plan de relance).

Ou encore, organiser une animation à l’échelon national et régional des PTCE. Au-delà de ce besoin de moyens, Hugues Sibille insiste sur la nécessité d’affecter rapidement des moyens financiers « si possible avec un fonds dédié.  Les PTCE constituent une expérience et un patrimoine probant de coopération territoriale et d’ingénierie de projets, ouverte vers les autres acteurs économiques, les collectivités et les citoyens. Il serait dommage de s’en priver. «

Un appel à projet dès 2021

La volonté d’Olivia Grégoire était bien d’identifier des pistes d’action pour, justement, redonner de la visibilité et de la lisibilité aux Pôles. « Pour résoudre un problème local, je pense que les meilleures solutions peuvent souvent venir du local, a-t-elle confié. En ce sens, et notamment dans le contexte de la relance, les Pôles territoriaux de coopération économique sont de formidables leviers pour dynamiser le développement de territoires solidaires. Innovants, ces dispositifs permettent de redynamiser les coopérations économiques territoriales entre les acteurs de l’ESS mais aussi les TPE, PME, entreprises responsables ou universités. C’est donc convaincue de ce potentiel des PTCE que j’ai voulu missionner le Labo de l’ESS pour mesurer les freins, identifier les attentes, et poser les priorités qui permettront le développement de futurs projets. Nous lancerons un appel à projets au début du printemps pour financer de nouveaux PTCE le plus rapidement possible en 2021. »

Cet article fait partie du Dossier

Relance : quels leviers pour les collectivités ?

Sommaire du dossier

  1. Un an après son lancement, le plan de relance peine à se concrétiser
  2. Plan de relance : à qui profitent les milliards prévus pour les collectivités territoriales ?
  3. Le plan de relance dope l’investissement local
  4. Le CRTE, un contrat chapeau pour doper la relance
  5. Les sous-préfets à la relance sous le feu des sénateurs
  6. Plan de relance : les préfectures manoeuvrent à vue
  7. Plan de relance ou fonds structurels, il faudra choisir le bon tuyau
  8. [DATA] Plan de relance : Où vont les 100 milliards d’euros ?
  9. Plan de relance : une montée en puissance jugée satisfaisante
  10. Le baptême du feu des sous-préfets à la relance
  11. Les pôles territoriaux de coopération économique veulent s’inviter dans le plan de relance
  12. Plan de relance : les régions ne ménagent pas leurs efforts
  13. Relance : les premiers contrats signés par des régions et des départements
  14. Plan de relance : Jean Castex en service après-vente
  15. Plan de relance : frein ou levier pour les collectivités ?
  16. Plan de relance : ce qui attend les collectivités locales
  17. Relance : territorialiser l’enveloppe annoncée, oui mais comment ?
  18. Le guide pour tout savoir sur le plan de relance
  19. Relance : la promesse qui valait presque 100 milliards d’euros
  20. Les travers du plan de relance
  21. Des « sous-préfets à la relance » pour faire remonter les blocages dans les territoires
  22. Plan de relance : quelle déclinaison territoriale ?
  23. Les collectivités jonglent avec leur plan pluriannuel d’investissement
  24. Les collectivités revoient leur modèle de développement économique
  25. Ferroviaire, bâtiment, eau… 30 milliards pour relancer quelle transition écologique ?
  26. Après la crise sanitaire, l’emploi, priorité absolue des territoires
  27. Le Plan de relance efface les pauvres
  28. Relance : les régions devraient augmenter leurs investissements
  29. Relance : les intercommunalités se lancent dans la mêlée !
  30. Plan de relance du spectacle vivant : encore beaucoup de points à préciser
  31. Plan de relance : à quoi s’attendent les acteurs du patrimoine ?

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les pôles territoriaux de coopération économique veulent s’inviter dans le plan de relance

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement