Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Prévention des risques

Résilience : l’Afnor propose une batterie d’indicateurs pour les territoires

Publié le 06/01/2021 • Par Arnaud Garrigues • dans : Documents utiles, France, Veille documentaire technique

House under water
emieldelange - Fotolia
La norme ISO 37123 vise à aider les territoires à se préparer, s’adapter et se relever des perturbations affectant tout ou partie de leurs services. Ils favoriseront aussi le benchmark entre villes, en France et à l’échelle internationale.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Comment mettre en place la résilience d’un territoire, la mesurer et suivre son évolution ? Pour répondre à cette épineuse question, l’Afnor a réuni dans la norme ISO 37123 une batterie d’indicateurs. L’objectif est ainsi d’aider les collectivités territoriales « à se préparer, s’adapter et se relever des perturbations affectant tout ou partie de leurs services », ainsi qu’à faire un benchmark entre villes en France et à l’international. Ces indicateurs ont d’ailleurs été définis avec le concours de 72 pays.

Gérer et atténuer les tensions

Les indicateurs visent à donner aux décideurs locaux des « capacités à gérer et atténuer les tensions humaines et naturelles générées par la dégradation de l’environnement (par exemple, la mauvaise qualité de l’air et de l’eau), les inégalités sociales (comme la pauvreté chronique et la pénurie de logements) et l’instabilité économique (tels l’inflation rapide et le chômage persistant) », indique l’Afnor, qui est l’organisme français de référence pour les normes volontaires. L’objectif est à la fois d’évaluer les risques auxquels un territoire est exposé et de pouvoir prendre des décisions pour réduire la vulnérabilité et l’exposition des populations et des entreprises.

16 enjeux couverts

De la santé à la planification urbaine, en passant par l’économie, l’environnement ou la finance, plus de 60 indicateurs sont proposés et répartis parmi 16 enjeux. L’utilité de chacun est expliquée, avec à chaque fois des clés de réussite et des conseils pour identifier et sélectionner les données appropriées.

Utilisables de manière isolée ou dans leur ensemble, les indicateurs de l’ISO 37123 peuvent être abordés dans une approche de management du risque (Annexe B), de gestion des catastrophes (Annexe C) ou selon les objectifs de développement durable et le cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe (Annexe D). En outre, les typologies des aléas (Annexe A) peuvent aider les villes à identifier les aléas potentiels auxquels elles sont confrontées.

Voici une liste d’exemples d’indicateurs proposés dans l’ISO 37123 :

  • Economie : pourcentage de biens assurés contre les aléas à haut risque, concentration des emplois, pertes annuelles moyennes dues aux catastrophes en pourcentage du produit urbain.
  • Education : pourcentage de la population formée à la préparation aux situations d’urgence, perturbation de la scolarité.
  • Energie : nombre de sources d’électricité différentes, pourcentage d’installations critiques desservies par des services énergétiques hors réseau.
  • Environnement et changement climatique : fréquence des épisodes de précipitations extrêmes ou de chaleur extrême, pourcentage de la superficie de la ville couvert par une canopée arborée.
  • Finance : dépenses annuelles pour la restauration des écosystèmes, la modernisation et l’entretien du patrimoine des services publics, planification de la gestion des situations d’urgence en pourcentage du budget total de la ville.
  • Gouvernance : fréquence de mise à jour des plans de gestion des catastrophes, pourcentage des données électroniques sauvegardées à distance, pourcentage des fournisseurs de services essentiels disposant d’un plan de continuité d’activité.
  • Santé : pourcentage de la population ayant une assurance maladie de base, nombre d’épidémies de maladies infectieuses par an, pourcentage de le population vaccinée.
  • Logement : capacité des refuges d’urgence, nombre de propriétés résidentielles inondées.
  • Population et conditions sociales : pourcentage de la population inscrite dans les programmes d’aide sociale, pourcentage de la population vulnérable.
  • Sécurité : pourcentage d’intervenants formés à l’aide d’urgence, pourcentage des alertes locales émises par les agences nationales et reçues en temps utile par la ville.
  • Déchets solides : nombre de sites de gestion de déchets disponibles par kilomètre carré.
  • Télécommunication : pourcentage d’intervenants d’urgence équipés pour faire face aux catastrophes.
  • Transport : nombre d’itinéraires d’évacuation disponibles.
  • Agriculture et sécurité alimentaire : pourcentage de la population pouvant être approvisionnée par les réserves alimentaires pendant 72 heures, pourcentage de la population vivant à moins d’1 km d’une épicerie.
  • Planification urbaine : superficie des constructions avec des matériaux poreux et drainants, pourcentage de la superficie des zones à haut risque où des mesures de réduction des risques sont prises.
  • Eau : nombre de sources d’eau différentes fournissant au moins 5 % de la capacité totale d’approvisionnement, pourcentage de la population pouvant être approvisionnée en eau potable par des méthodes alternatives pendant 72 heures.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : équipements, coûts et protection des agents de A à Z

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Résilience : l’Afnor propose une batterie d’indicateurs pour les territoires

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement