Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Numérique

5G : le Haut conseil pour le climat publie son évaluation

Publié le 21/12/2020 • Par Baptiste Cessieux • dans : France

Vendée numérique
Le Haut conseil pour le climat a rendu son premier rapport d’évaluation d’impact environnemental commandé par le Sénat. Sujet ciblé : le déploiement de la 5G. Recommandations retenues : surveiller l’effet rebond induit par les nouveaux usages et mieux contrôler les émissions importées lors de la production des appareils informatiques.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Quel est l’impact environnemental du déploiement de la cinquième génération de réseaux mobile ? La question est épineuse et le président du Sénat avait demandé en mars 2020 au Haut conseil pour le climat (HCC) de rendre un rapport sur la question. Ce dernier a été rendu public vendredi et il pointe toute la nuance et la difficulté de juger une amélioration technique, qu’il s’agisse d’une norme, comme c’est le cas de la 5G, ou d’une technologie.

« Aujourd’hui l’impact carbone du numérique en France est de 15 millions de tonnes par an », pose la présidente du HCC, la climatologue franco-canadienne Corinne Le Quéré. « La 5G est susceptible d’augmenter substantiellement cette valeur, notamment à travers l’empreinte carbone importée de l’étranger par le renouvellement des terminaux et de l’infrastructure réseau ». En d’autres termes, la fabrication des objets n’est pas neutre et l’arrivée d’une nouvelle norme pousse au renouvellement tant des antennes que des appareils personnels.

Effet rebond

Selon l’estimation du HCC, un peu moins d’un quart des émissions prévues par le déploiement de cette nouvelle norme seront dûes à l’utilisation du réseau et des appareils connectés. Plus de la moitié (54%) proviendra de la fabrication de terminaux de toutes sortes (téléphones, ordinateurs, objets connectés, etc) et le reste (22%) sera dû à la fabrication de l’infrastructure (antennes, datacenters, etc).

Ces chiffres illustrent en fait la réalité de « l’effet rebond » qui intervient lors d’une amélioration de l’efficacité. À quantité d’informations égale, la 5G fait mieux que ses prédécesseures mais cette amélioration s’accompagne de nouveaux usages et donc de nouveaux objets. « Pour autant, le renouvellement des appareils existants aura lieu avec ou sans la 5G », précise Jean Fouré, responsable des études au HCC.

Prendre en compte les nouveaux usages

C’est là que se trouve le nœud de la question. En posant des chiffres sur l’intérêt environnemental de la 5G, on se retrouve face à la question de la transformation numérique dans sa globalité. « Beaucoup de pratiques peuvent bénéficier de la 5G mais il faut un cadre pour observer les avantages et les inconvénients en fonction des usages », détaille Corinne Le Quéré.

Il faut faire attention à l’effet rebond et nous prônons la responsabilité de l’industrie afin qu’elle intègre des trajectoires menant vers la neutralité carbone. Augmenter la consommation d’électricité, pourquoi pas. Mais il faut diminuer l’importation carbone lors de la fabrication d’équipement. Et c’est au moment du déploiement que l’on peut peut poser cette question.

Concrètement, le HCC pose cinq recommandations dans son rapport :

La nécessité d’un éclaircissement des enjeux climatiques en amont du déploiement d’une technologie, notamment de la 5G ;

L’obligation de la maîtrise de l’empreinte carbone aux opérateurs disposant de fréquence 5G ;

La prise en compte des effet des nouveaux usages sur la demande d’électricité ;

Une action pour réduire les émissions importées ;

Et enfin une information aux usagers, entreprises et collectivités sur les bonnes pratiques pour éviter le gaspillage ou l’utilisation disproportionnée d’énergie associée aux services numériques.

Un texte présenté au Sénat

À la remise de cette évaluation, le Président du Sénat a constaté qu’elle confortait la proposition de loi sénatoriale visant à réduire l’impact environnemental du numérique: limitation du renouvellement des terminaux par une lutte contre l’obsolescence programmée ; fixation d’objectifs de réduction des impacts des réseaux sous le contrôle du régulateur, l’Arcep ; inscription d’engagements environnementaux minimaux dans les futures attributions de fréquences mobiles. Cette proposition sera examinée le 12 janvier.

Le 15 décembre, l’Arcep avait publié de son côté un rapport d’étape « pour un numérique soutenable », suggérant notamment une éventuelle extinction des réseaux 2G et 3G et des solutions d’optimisation de l’impact environnemental des réseaux mobiles à moyen ou long terme. Ces propositions se déclinent notamment autour de trois axes : améliorer la capacité de pilotage de l’empreinte environnementale du numérique par les pouvoirs publics, intégrer l’enjeu environnemental dans les actions de régulation de l’Arcep et renforcer les incitations sur l’ensemble de la chaîne, des opérateurs aux consommateurs.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : équipements, coûts et protection des agents de A à Z

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

5G : le Haut conseil pour le climat publie son évaluation

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement