Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Médias

Ces communes prises dans la tourmente

Publié le 21/12/2020 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Laurent Brosse et Samuel Paty
Twitter Laurent Brosse
Cibles d’attentats, des villes comme Conflans-Sainte-Honorine se retrouvent sous les flashs. Elles n’échappent pas toujours aux raccourcis. Mais leurs élus font tout pour remonter la pente.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Ces villes au coeur de la tempête médiatique

Aux confins des Yvelines, la petite cité était surtout connue pour son ancien maire, Michel Rocard. C’est là, à l’hôtel de ville de Conflans-Sainte-Honorine, que le futur Premier ministre socialiste s’était présenté à la candidature pour la magistrature suprême un soir d’octobre 1980. Quarante ans plus tard, la commune (35 900 hab.) s’est retrouvée sous le feu des projecteurs pour une tout autre raison. Conflans est devenue, le 16 octobre, l’épicentre de la terreur islamiste.

La décapitation de Samuel Paty, professeur d’histoire dans un collège de la localité, a fait le tour du monde. Le pire des baptêmes du feu pour la nouvelle directrice générale des services, Aline Fortin-Lewandowski. Son patron, le lointain successeur de Michel Rocard, Laurent Brosse (LR), l’a dit aux micros qui se tendaient vers lui : le 16 octobre a été la pire journée de sa vie. Mais le maire de Conflans (A gauche sur la photo, lors d’une intervention en 2019 dans la classe de Samuel Paty) a malgré tout voulu montrer une autre image de sa ville, mettant en lumière la vigueur du tissu associatif de la commune. Difficile, cependant, de résister au rouleau compresseur médiatique.

La meilleure défense, c’est l’attaque

Tous les maires qui ont été confrontés à un attentat, à un crime sordide ou à une affaire de mœurs peuvent en témoigner. Ils ont beau répéter que les faits auraient pu se dérouler ailleurs, leur commune n’échappe pas aux raccourcis sociologiques sur le chômage, la violence ou l’alcoolisme. Des édiles du quart nord-est du pays peuvent en attester. Mais la meilleure défense reste l’attaque. En clair, la promotion de grands projets. Meilleur exemple ? Angoulême. Au croisement des années 1980 et 1990, la ville (41 700 hab., Charente) faisait régulièrement les gros titres des journaux. Dans les pages « faits divers ».

Durant son bail à la mairie, le premier magistrat (PS) d’Angoulême, Jean-Michel Boucheron, avait mené grand train – croisières aux Caraïbes, safari au Zimbabwe – la ville aussi achetait de belles cylindrées (Aston Martin, Porsche…). Jean-Michel Boucheron a quitté son fief en laissant un trou de 25 millions d’euros dans la caisse, avant de filer en cavale en Argentine. Des épisodes aujourd’hui oubliés. Grâce au boom de son festival de la bande dessinée et à son pôle « image », Angoulême a redoré son blason et figure en tête des villes où il fait bon vivre, selon un sondage de Cadremploi publié le 12 juin.

 

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ces communes prises dans la tourmente

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement