Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Tribune

« 2020, une année dans les territoires »

Publié le 15/12/2020 • Par Auteur associé • dans : France

Jean Luc Boeuf
© Jean Delmarty/Alpaca/Andia.fr
Le politologue et directeur général des services de la Drôme Jean-Luc Boeuf a tenu un journal durant cette année pas comme les autres. Au menu : un étrange scrutin municipal, un trou dans la fiscalité locale, mais aussi Kim Kardashian et Claire Underwood.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Jean-Luc Boeuf

Politologue et DGS de la Drôme

Janvier : le frisson des municipales.

Direction Marseille, où l’université vient d’ouvrir un mastère spécialisé de compréhension du fonctionnement de la bouillabaisse des arrondissements regroupés en secteurs (mais non numérotés en continu) dont les mieux placés des 303 conseillers deviennent 101 conseillers municipaux sur le Vieux Port. Tout en sachant que la majorité en voix n’assure pas nécessairement la victoire sur la Canebière. Nul doute que la potion magique concoctée par Gaston Defferre en 1983 fonctionnera encore parfaitement cette année. D’ailleurs, à chaque scrutin municipal, les pronostics ont été déjoués dans la cité phocéenne…

Février : l’incroyable famille municipale

La blogosphère a été agitée par une vidéo montrant la présence dans la ville lumière de l’une des cent personnes les plus importantes selon Time magazine : Kim Kardashian herself, transformée en manager de centre-ville, avec une plaque témoin apposée au KFC de Strasbourg Saint-Denis. Pas de bonne campagne municipale sans un intérêt appuyé montré à la culture. On laissera bien sûr au placard les querelles entre la culture patrimoniale et celle d’expression. Mais rien de tel que le mariage d’un people pour relancer la machine et montrer que « sa » ville est unique. On vous l’accorde toutefois : il est difficile de rivaliser avec Versailles où Kim Kardashian se maria… au château.

Mars : déjà les lauréats des prix 2020 !

Le confinement a du bon avec l’annonce, en même temps, des lauréats du prix Goncourt 2020 et de la palme d’Or du festival de Cannes 2020. Le prix Goncourt irait au journal de mon confinement. Un peu sur le modèle d’Henri Barbusse, on attend « le feu » (vert) des éditeurs pour la publication de cette expérience personnelle, vécue par 65 millions d’habitants en France. La trame du roman a de quoi faire frémir, nous emmenant dans la rédaction des menus et la baisse du stock de pâtes et de confiture. Quant à la Palme d’or à Cannes, elle irait au jour le plus long, dans une version totalement remasterisée. Le film retrace les événements du confinement, précédés des derniers préparatifs de la veille au soir, juste avant les élections.

Avril (le 1er du mois) : un quarteron de projets en retraite…

A l’occasion du centième anniversaire du putsch des généraux d’Alger, on a retrouvé dans les archives d’un ex-conseil départemental la trame d’un discours du général De Gaulle : « Un pouvoir territorial s’est établi en France en quelques années par une série de réformes législatives incompréhensibles pour le citoyen et qui s’est traduit par la quasi disparition de l’État, en dehors des maires et des gendarmes… Ce pouvoir a une apparence : un quarteron de millefeuille territorial. Il a une réalité : des groupes de think tank et de sondeurs, partisans, bercyens, ambitieux et approximatifs. Ce quarteron possède un savoir-faire limité à l’horizon de la grandeur passée de la France. Car l’immense effort de redressement de la France, nécessaire, entamé depuis le fond de la crise du covid de 2020, doit être poursuivi. »

Milou en mai

En hommage à Michel Piccoli, les demoiselles nous ont sélectionné trois films. Avec Belle de jour, il est rappelé que l’Etat et les collectivités dorment dans le même lit mais ne font pas les mêmes rêves et Michel Piccoli s’offre ici son premier film à scandale, dans lequel Catherine Deneuve joue une bourgeoise communale insatisfaite par son mari, l’Etat. Avec la grande bouffe (des dotations), Michel Piccoli campe un dîner de millefeuille (territorial of course) qui se transforme en suicide collectif, par excès d’ingurgitation de dotations. Reste le mépris (des territoires) dans lequel un jeune couple, formé d’une métropole et d’une commune nouvelle, subit les assauts de l’Etat.

Juin : l’histoire de France est un bloc

Après la polémique sur Maurras et Colbert, voici les prochains sur la liste des récusés. Saint-Louis, tout d’abord. Comment l’histoire de la France pourrait-elle en effet accepter d’enseigner encore les louanges de l’organisateur des croisades pour Jérusalem ? Jules Ferry, ensuite. Le nom du fondateur de l’école laïque, gratuite et obligatoire ne doit plus être prononcé, ni célébré ni écrit. Ben oui, Ferry le tonkinois avait parlé à la tribune de la Chambre des « droits des peuples supérieurs sur les peuples inférieurs ». Charles De Gaulle, enfin, au regard de ces mots prononcés durant sa présidence : « Nous sommes quand même avant tout un peuple européen, de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne ».

Juillet : le château de ma maire

Place de l’hôtel de ville. Quelque part en France… Avec la gloire de mon pair, les nouveaux impétrants seront oints des saintes huiles du suffrage universel. Mais qui ? Les élus. Tels les honorables pairs de la chambre de la perfide Albion, ils vont former une caste à part. Plus tard, après un mandat, ils pourront s’exclamer, tels les grognards de la Grande Armée : « j’y étais ». Avant le temps désamour car, dans un monde où les distances se raccourcissent, la lune de miel entre les électeurs et leurs élus suit le même chemin. A peine rentrés de vacances, votre journal favori de la presse locale vous sommera de donner votre avis sur le bilan des cent premiers jours du nouveau maire.

Août : le maillot jaune de la rentrée

Pour la première fois de son histoire, le Tour de France va débuter à la fin août et voici les maillots : tout d’abord, le maillot jaune pour les maires. Ils se sont glissés dans toutes les bonnes échappées, depuis celles des gilets… jaunes, en fin 2018. Ensuite, le maillot blanc à pois rouges pour les régions. Remises en selle par le covid, elles ont su grimper les cols de l’indifférence, imprimant leur présence dans les territoires. Et le maillot vert ? Au Sénat. Désignant le vainqueur du classement par points, il sera attribué le 27 septembre, après le renouvellement sénatorial. Quant au maillot blanc, il est pour les métropoles. Enfin, il y a fort à parier que la lanterne rouge soit pour les départements. Leur échappée pour intervenir dans l’économie, durant et après le covid, a tourné court. Mais il n’y a pas de maillot pour la lanterne rouge…

Une certaine idée du Tour de France

Septembre : Jul et les finances locales

Souvenez-vous. C’était l’année des JO de Séoul. La première cohabitation s’achevait. Le groupe « début de soirée » enchantait alors les dance floor dans les territoires. Trente années plus tard, Jul reprend le titre et… On a trouvé des sous dans ton check up. Là, on peut dire que Jul a tout bon !  Car les collectivités vont voir encore se rétrécir leurs marges de manœuvre. Je veux pas voir débouler les ennuis et la police. Nouveaux élus, attention ! Si vous pensez que vous pouvez éviter le contrôle de légalité, sachez que l’État regarde tout particulièrement la légalité de vos délibérations, surtout s’il vous prenait l’idée d’intervenir dans le champ (de compétences) de votre voisin.

Octobre : le trou noir de la fiscalité locale

Le Nobel de physique au trou noir de la fiscalité locale ! Mais c’est bien sûr. Le comité de Stockholm a souhaité récompenser cet objet fascinant de l’astrophysique des territoires, tellement dense que ni matière ni lumière ne s’en échappent ou plus exactement n’en réchappent. Il en est ainsi de (presque) feue la taxe d’habitation. Entrée en service l’année où les cosmonautes soviétiques et astronautes américains se rencontrent dans l’espace pour la première fois, elle est en train de disparaître par à-coups. Et au passage, les collectivités sont instamment priées d’arrêter leurs jérémiades. C’est vrai, quoi, elles n’ont pas honte alors qu’elles se font entretenir à nouveau par la base centrale ? Le trou noir, cet objet fascinant de l’astrophysique des territoires, tellement étonnant que l’on s’en aperçoit quand il a disparu…

Novembre : House of cards

La directrice générale des services refuse de débloquer les crédits pour les premières mesures de la nouvelle équipe politique, suite à l’alternance. Du calme camarade territoriale ! Ça se passe aux States, et non en France après les municipales. Selon le Presidential Transition Act of 1963, la directrice des services généraux de l’administration américaine doit en effet formellement reconnaître le vainqueur de l’élection présidentielle afin de valider la procédure. Claire Underwood, détient donc les clés de la transition. Gageons que quelques cadres territoriaux aient kiffé grave sur le mode de fonctionnement outre Atlantique. I have a dream…

Décembre : MDR, LOL et JPP

Tels sont les nouveaux textes en préparation pour les territoires. On est en mesure de vous révéler le contenu des trois prochains textes majeurs, actuellement dans les cartons du gouvernement. Tout d’abord, MDR pour le projet de loi modernisation des départements et des régions. La philosophie de ce projet est simple : Basta cosi pour l’autonomie fiscale des départements et des régions. Ensuite, le projet LOL, pour loi d’orientation sur les libertés (locales). Vous étiez dans l’expectative du projet 3D ? Vous avez rêvé du projet 4D ? Alors, vous allez adorer le projet LOL.  Et enfin, le projet JPP pour jurisprudence des programmes publics. J’en peux plus…

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : équipements, coûts et protection des agents de A à Z

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« 2020, une année dans les territoires »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement