Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Restauration collective

Restauration scolaire : les communes s’interrogent sur leur capacité à tenir les objectifs de la loi Egalim

Publié le 10/12/2020 • Par Hélène Huteau • dans : France

Collectivités face à l'inflation
xixinxing / AdobeStock
Une enquête de l’AMF dresse un panorama de l’adaptation de la restauration scolaire du premier degré à la loi Egalim, deux ans après sa parution. Les plus inquiètes et démunies sont les petites collectivités de moins de 10 000 habitants.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

La restauration scolaire monte en gamme

La loi Egalim du 30 octobre 2018 a fixé pour la restauration collective de nouvelles obligations lourdes à mettre en oeuvre, comme le fait d’acheter 50% de produits de qualité, labellisés, dont 20 % de bio d’ici à 2022, ou de bannir le plastique.

Or « une grande incertitude demeure sur le respect des seuils d’approvisionnement de 50 % de produits de qualité et durables, dont 20 % de produits bio, d’ici le 1er janvier 2022, pour près de la moitié des collectivités », en particulier pour les communes de moins de 10 000 habitants, résume l’enquête de l’AMF  dressant un premier panorama de la restauration scolaire après la loi Egalim d’octobre 2018.

  • Zéro plastique, bio, local : les collectivités cherchent la bonne recette

Sur les 3000 communes et intercommunalités ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec les dossiers

Cet article fait partie du Dossier

La restauration scolaire monte en gamme

Sommaire du dossier

  1. L’Anses a tranché : pas de limite de fréquence pour les menus végétariens
  2. Comment atteindre 20 % de bio en restauration collective ?
  3. Du rififi dans les cantines scolaires
  4. Restauration scolaire : les communes s’interrogent sur leur capacité à tenir les objectifs de la loi Egalim
  5. « La crise nous a ramenés à des pratiques qu’on n’aurait jamais dû désapprendre »
  6. Dans les cuisines des projets alimentaires territoriaux
  7. « Les collectivités territoriales peuvent reprendre en main leur politique alimentaire »
  8. Haro sur le plastique dans les cantines strasbourgeoises !
  9. Zéro plastique, bio, local : les cantines cherchent la bonne recette
  10. 4 enjeux clés pour des cantines participatives et responsables
  11. Les légumes hors calibres valorisés pour la restauration collective
  12. Le zéro plastique, un objectif pas si simple à atteindre
  13. Approvisionnement : tisser des réseaux, bâtir un calendrier
  14. Budgets : un surcoût certain, maîtrisable et assumé
  15. Les achats écoresponsables à l’épreuve du Code des marchés publics
  16. « Les maires sont parfois obligés de tricher pour travailler avec un prestataire », regrette Philippe Durrèche
  17. « Déléguer n’exclut pas des compétences en interne », prévient Christophe Hébert
  18. Economies d’énergie, réduction des déchets : à l’ère de la cuisine nouvelle
  19. Les tarifications les plus courantes au banc d’essai
  20. Tarifs : faire face à l’urgence sociale, mais jusqu’où ?
  21. « La tarification dégressive devrait être la norme » – Jean-Jacques Hazan (FCPE)
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

CLUB FINANCE - La responsabilité des gestionnaires publics

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Restauration scolaire : les communes s’interrogent sur leur capacité à tenir les objectifs de la loi Egalim

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement