Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Education

Les environnements numériques de travail vers la mutualisation

Publié le 15/12/2020 • Par Michèle Foin • dans : Dossiers d'actualité, France, Innovations et Territoires

college-numerique
©David Fuentes - stock.adobe.com
L’environnement numérique de travail (ENT) a pris une dimension stratégique depuis la crise sanitaire, permettant une relation sécurisée entre enseignants, élèves et parents. Les écoles maternelles et primaires sont encore trop peu concernées par ces environnements, qui sont davantage généralisés dans les collèges et les lycées. Les syndicats mixtes départementaux chargés de l’aménagement numérique présentent de nombreux atouts pour mutualiser les ENT.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La crise sanitaire et le confinement du printemps auront précipité la réflexion sur le numérique pour l’éducation. Dès le 5 avril, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, annonçait la tenue des états généraux du numérique pour l’éducation à l’automne, précédés d’une concertation nationale et territoriale de plusieurs semaines. Les propositions issues de cette vaste opération (près de 15 000 participants) ont été débattues les 4 et 5 novembre. Parmi les plus récurrentes : « Créer un environnement numérique de travail [ENT] dans toutes les écoles et unifier si possible entre le premier degré et le second degré au niveau académique, voire national, avec des briques modulables et une messagerie instantanée entre pairs et avec les parents, et une utilisation possible sur smartphone. »

Rien d’étonnant, alors, que l’absence d’un ENT a créé « une véritable zizanie » dans les écoles durant le confinement, comme le pointe Mylène Ramm, chargée de mission à l’Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel (Avicca) : « Il a fallu reconstituer une base d’annuaire. Les professeurs des écoles devaient récupérer les mails des parents qui n’étaient pas à jour. Les enseignants ont privilégié la rapidité et utilisé des plateformes qui n’étaient pas forcément conformes au règlement général sur la protection des données [RGPD] ». « Avec un point d’entrée unique et sécurisé, vous simplifiez la relation entre acteurs, et donc la continuité pédagogique », résume Stéphane Proust, directeur du numérique pour l’éducation du syndicat mixte Seine et Yvelines numérique (Hauts-de-Seine et Yvelines).

Intérêts multiples

Or, si l’usage de l’ENT est quasi général au collège et au lycée, il n’est pas mature dans le premier degré, malgré la volonté affichée du ministère de l’Education nationale d’accélérer le processus. En novembre 2018, dernier état des lieux disponible, 94 % des départements avaient lancé des projets d’ENT dans le premier degré, « à une échelle très variable », et 46 départements connaissaient au moins un projet de généralisation dans le premier degré. D’après la Cour des comptes, en 2017, environ 13 % des écoles publiques avaient un ENT et 14 % des communes le finançaient. Loin, donc, d’une généralisation.

« La multiplicité des interlocuteurs complexifie la généralisation d’un ENT sur un territoire », confirme Stéphane Proust. Et si la mutualisation, par le biais d’un syndicat mixte, était la solution ? Grâce à sa compétence numérique, Val-d’Oise numérique a réussi à raccorder 94 % des écoles du département à l’ENT en un peu moins de deux ans. « C’était la première fois qu’un syndicat mixte se substituait à l’ensemble des communes du Val-d’Oise pour acheter une solution et la déployer dans les écoles, avec l’accord du maire », témoigne son directeur général, Rachid Adda.

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : équipements, coûts et protection des agents de A à Z

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les environnements numériques de travail vers la mutualisation

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement