Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité civile

Sapeurs-pompiers : les députés refusent de supprimer la sur-cotisation

Publié le 25/11/2020 • Par Nathalie Perrier • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France, Toute l'actu RH

Assemblée Nationale
Richard Ying et Tangui Morlier via Wikimedia commons 3.0
Dans le cadre des discussions sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2021, les députés ont validé le 23 novembre la suppression de la part employeur de la sur-cotisation perçue par la Caisse nationale de retraite des collectivités locales, mais refusé la suppression de la part salariale… au risque de raviver la colère des sapeurs-pompiers.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Nouveau rebondissement dans le dossier de la suppression de la sur-cotisation perçue par la Caisse nationale de retraite des collectivités locales (CNARL). Lundi 23 novembre au soir, dans le cadre des travaux sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2021, les députés ont acté la suppression de la part employeur de la sur-cotisation à la CNRACL mais refusé de supprimer la part agent, provoquant l’ire des sapeurs-pompiers. Cette suppression de la part employeur et de la part agent est réclamée de longue date par les départements et les syndicats qui y voient une manière de financer la revalorisation de la prime de feu.

Sans surprise, la décision de l’Assemblée nationale est saluée par Olivier Richefou, président de la Conférence nationale des services d’incendie et de secours (CNSIS) et du conseil départemental de la Mayenne : « La suppression de la part employeur était un engagement moral du ministre de l’Intérieur. Il a été concrétisé par un engagement conjoint du Sénat et de l’Assemblée nationale. Nous sommes satisfaits. Cela va permettre de financer pour moitié la revalorisation de la prime de feu, l’autre moitié étant prise en charge par les départements. » Quid de la part agent ? « Il serait juste qu’elle soit aussi supprimée, mais je laisse les organisations syndicales mener ce combat », poursuit Olivier Richefou.

Colère des sapeurs-pompiers

Le 12 novembre, les sapeurs-pompiers avaient pourtant gagné une première manche.

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Sapeurs-pompiers : les députés refusent de supprimer la sur-cotisation

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement