Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement social

Logement social : Emmanuelle Cosse alerte les élus locaux sur la baisse de construction

Publié le 25/11/2020 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

COSSE-Emmanuelle largeur
Laurent Mignaux
Elue le 4 novembre dernier présidente de l'Union sociale pour l'habitat, à la suite de Jean-Louis Dumont, l'ancienne ministre du logement Emmanuelle Cosse entend sortir de la phase de conflit avec le gouvernement, entamée avec la réforme des APL, et mobiliser les élus sur la nécessité de continuer à construire du logement social, alors que les chiffres de production chutent.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Baisse de la production de logements sociaux, risque d’appauvrissement des locataires HLM avec la crise sanitaire, enjeu de la rénovation thermique des logements avec le plan de relance… Les dossiers chauds ne manquent pas pour la nouvelle présidente de l’Union sociale pour l’habitat Emmanuelle Cosse, fine connaisseuse du secteur puisqu’elle a été ministre du logement de François Hollande, et a notamment porté la loi Egalité et citoyenneté.

  • Emmanuelle Cosse, nouvelle présidente de l’Union sociale pour l’habitat

Lors d’une rencontre avec la presse, elle est revenue sur ces différents dossiers, avec une volonté : faire lever tous les obstacles à la construction de logements sociaux.

« Aujourd’hui il y a un effondrement des ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Réforme de la protection sociale complémentaire, êtes-vous prêts ?

de Rédaction de la Lettre du cadre territorial en partenariat avec la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Logement social : Emmanuelle Cosse alerte les élus locaux sur la baisse de construction

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

26/11/2020 09h10

Etonnante cette logique de vouloir toujours construire plus de logement social! Mais rares sont ceux qui s’interrogent sur cette nécessité.

En effet, quelle est la commune rurale ou moyenne où le taux de logements vacants est inférieur à 10 %? Par mes différentes lectures, je n’en trouve pas. Par ailleurs, dans ces territoires le plus souvent plus de 80 % de la population perçoit un revenu lui permettant d’accéder au logement social et en parallèle, plus de 60 % de population totale est propriétaire de son logement.
Les loyers dans ces territoires sont souvent du même ordre de grandeur du coût du logement social… mais il est vrai que ces logements sont loin, pour la plupart, de répondre aux dernières normes et la consommation énergétique est élevée.

Par contre, certains territoires dont de grandes métropoles manquent de logements. Mais que fait-on pour favoriser l’emploi en dehors de ces territoires? Bien entendu, les collectivités concernées essayent bien de mettre en place des mesures. Mais tant que l’Etat ne remettra pas en cause les méthodes d’aménagement actuelles, ce travail est voué à l’échec.
La raison en est simple: quel est l’intérêt pour un territoire reconnu comme terre d’accueil d’essayer d’y mettre un terme? La fiscalité actuelle sur les territoires incite ces derniers à ne pas adhérer à ce principe de redéploiement. Plus la population est importante, plus il y a de logements sur un territoire et plus les recettes de la collectivité sont élevées.

Je pense que la question n’est pas plus de logement social mais quel logement de qualité réparti sur le territoire on veut mettre en place. Dans ce cas, il faut s’en donner les moyens en mettant un terme aux impôts locaux tels qu’ils existent.
L’impôt local ne doit pas être assujetti à la valeur hypothétique d’un bien immobilier mais à la présence sur le territoire d’une personne ou d’une entreprise et en relation directe avec ce qui lui reste à vivre, conformément à la loi. La loi ne dit-elle pas que chacun contribue à hauteur de sa capacité financière?

Ainsi, tout le monde doit contribuer mais pour autant, il faut réduire la pression fiscale de toute la population, sans oublier les plus démunis. Or ces derniers sont plus que les autres accablés par les différentes taxes qui grèvent leurs revenus.
Pourquoi pas un jeu de vases communicants: d’une part on réduit les taxes à hauteur de l’augmentation des impôts directs?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement