Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

étude « La Gazette » - Bouygues Immobilier

Le paradoxe de la densité, à la fois mal-aimée et pleine d’atouts pour la ville de demain

Publié le 02/12/2020 • Par David Picot • dans : Actualité Club Techni.Cités, France, Innovations et Territoires

ville
M. Zlochin / AdobeStock
D’après l’étude menée pour « La Gazette » et Bouygues Immobilier, les collectivités semblent privilégier des stratégies d’étalement urbain. Pourtant, la densité peut aussi rimer avec qualité de vie et enjeux de développement durable.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Maintien des terres agricoles, préservation de la biodiversité : en matière d’aménagement du territoire, la lutte contre l’artificialisation des sols s’affirme comme un enjeu essentiel. Elus comme agents approuvent d’ailleurs à… 98 %, d’après une étude conduite en septembre pour « La Gazette », « Le Moniteur » et le département de la Loire-Atlantique.

Dans un contexte de crise sanitaire, économique et sociale, ce concept d’artificialisation des sols vient en interroger un autre, intimement lié : la densité. Et particulièrement celui de « la densité urbaine et [des] enjeux de la ville de demain », sujet d’une nouvelle étude menée pour « La Gazette » et Bouygues Immobilier.

Interrogés sur les priorités de leur territoire pour les cinq années à venir, élus et agents mettent en exergue deux enjeux : les préoccupations environnementales (50 %) et le développement de la mobilité (38 %). Ceux-ci sont-ils en adéquation avec les formes urbaines – et donc l’emprise au sol – que les collectivités souhaitent privilégier, demain ? Voilà qui reste à confirmer.

Etude-densité1

Horizontale ou verticale ?

En effet, les répondants plaideraient plus volontiers pour une ville horizontale (30 %), caractérisée par une hauteur de bâtiments moins élevée, mais une imperméabilisation des sols plus importante. Seuls 16 % opteraient pour la verticalité, qui limite l’emprise au sol et permet de bénéficier de davantage de surface végétalisée. A noter que la moitié des répondants (58 % dans les communes rurales) ne tranchent pas cette question.

De manière générale, et sans surprise, la hauteur n’emporte pas l’adhésion des répondants, même si 31 % d’entre eux dans les villes de plus de 100 000 habitants concèdent qu’elle serait adaptée à leur territoire.

Alors que leur ville apparaît plus encline à s’étaler, élus et agents affirment pourtant privilégier des actions allant dans le sens d’une ville compacte, comme le déploiement du commerce de proximité (80 % des répondants) et le développement des mobilités douces (48 %), vélo et marche en tête.

Densité égale proximité

La densité reste une question de perception. Pour six répondants sur dix (57 %), elle correspond à « une ville avec beaucoup d’habitants » et 45 % l’associent à un nombre important de bâtiments.

Etude-densite2

Elle est toutefois considérée comme « un inconvénient » par la majorité des élus et agents (57 %), en lien avec la diminution de la qualité de vie pour deux répondants sur trois (65 %) et un manque d’espaces naturels (42 %).

Etude-densite3

Quant aux avantages de la densité, ils sont également liés à cette notion de ville des proximités : elle faciliterait la mixité et le développement des services (33 %), mais aussi le rapprochement des principales fonctions du territoire (33 %). Elle est en outre susceptible de répondre aux enjeux environnementaux, à savoir limiter l’imperméabilisation des sols (32 %) et favoriser le déploiement des mobilités douces (32 %).

Ce n’est pas tout : pour 48 % des répondants, la densité permet de servir les enjeux de développement durable de leur territoire. Une proportion qui grimpe à 66 % au sein des directions de l’urbanisme.

Etude-densite4

Dans ce contexte qui met en lumière un besoin de communication, de pédagogie et de sensibilisation des collectivités sur ces questions liées à la densité, 26 % des répondants précisent avoir mis en place un projet de reconfiguration de leur territoire ou projeter de le faire (22 %). Le plus souvent dans le but de gagner en attractivité (88 %) et de renforcer l’offre de logement (87 %).

Au passage, six collectivités sur dix expriment le besoin d’être accompagnées en ce sens, le plus souvent pour une expertise en urbanisme et/ou en développement durable.

La crise change les stratégies

Et ce, d’autant plus que la crise sanitaire vient percuter les projets de reconfiguration : un tiers (40 % dans les villes de plus de 100 000 habitants) des collectivités concernées envisageraient d’orienter leur stratégie vers davantage de circuits courts (85 %), de modes de transport doux (82 %) : pistes cyclables, espaces piétonniers… Du côté des projets, les espaces extérieurs sont plébiscités autour des bâtiments neufs (63 % des réponses), de même que l’attention portée à la qualité architecturale des bâtiments (55 %).

Enfin, toujours en lien avec la crise, 37 % des répondants s’attendent à une arrivée de nouvelles populations sur leur territoire, encore plus dans les communes rurales (50 %). Une raison supplémentaire de se pencher dès maintenant sur cette problématique de la densité.

 

La ville désirable

6,7 sur 10, c’est la note attribuée par les répondants à notre étude sur la qualité de vie des habitants de leur territoire. Celle-ci étant variable selon le type de collectivités : plus élevée dans les communes rurales (7,2/10) que dans les villes de plus de 100 000 habitants (6,2/10).

85 % des 901 élus et agents interrogés considèrent que la forme urbaine caractérisée par des bâtiments de grande hauteur, et donc par une faible emprise au sol, n’est pas « adaptée » à leur territoire. De même, 88 % estiment qu’elle n’est pas « acceptable » et 95 % pas « désirable » par les usagers.

 

Méthode

Etude réalisée en ligne pour « La Gazette » et Bouygues Immobilier, du 29 septembre au 23 octobre 2020, auprès 901 élus et agents de collectivités territoriales. Etude produite par Infopro Digital études (etudes@infopro-digital.com).

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le paradoxe de la densité, à la fois mal-aimée et pleine d’atouts pour la ville de demain

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement