Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Éducation et vie scolaire

Projet de loi séparatisme

Limitation de l’instruction à domicile : « La place de l’enfant est à l’école »

Publié le 24/11/2020 • Par Michèle Foin • dans : Actu expert Education et Vie scolaire, France

Le-Brun-Agnes
V. Isore / IP3
Dans un entretien à la Gazette, Agnès Le Brun, rapporteure de la commission éducation de l’Association des maires de France (AMF), réagit favorablement au volet "école" du projet de loi de lutte contre les séparatismes En rendant la scolarisation obligatoire, et non plus l’instruction, le texte réduit les possibilités d’instruction à domicile. Agnès Le Brun se félicite de ce renforcement de l’école comme lieu de transmission des valeurs républicaines.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le projet de loi « pour conforter les principes républicains », qui lutte contre le séparatisme islamiste, comporte une série de dispositions concernant l’école. Comme le souligne la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, dans un entretien accordé à la Gazette, l’article 18 du texte pose le principe de la scolarisation obligatoire des enfants de 3 à 16 ans.

  • Marlène Schiappa : « Nous voulons protéger les maires contre les pressions communautaires »

L’instruction à domicile ne sera donc plus possible que quand la scolarisation sera impossible « pour des motifs très limités tenant à la situation de l’enfant ou à celle de sa famille ».   Quelle réaction cette mesure inspire-t-elle aux maires chargés par ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Education et Vie scolaire pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Éducation et vie scolaire

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Limitation de l’instruction à domicile : « La place de l’enfant est à l’école »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement