Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

La crise de la construction de logements se précise

Publié le 19/11/2020 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

Observation à la longue-vue
Adam121/Adobestock
Des ventes de logements en baisse de 29,5% depuis le début de l'année, des mises en vente qui chutent de 40% sur la même période ... selon les chiffres de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), la crise du logement semble s'installer. La FPI note cependant une volonté gouvernementale d'agir pour inverser la tendance.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Pour le secteur de la construction de logements, la crise sanitaire s’est combinée avec la période des élections municipales pour impacter tant la délivrance des permis de construire – donc le montage de nouveaux projets – que la vente de logements.

« On espérait un rebond des permis de construire et des mises en chantier avec la fin du cycle électoral, ce n’est pas ce qui se passe pour les permis de construire, on a perdu 100 000 permis entre mi-2017 et mi-2020, ce qui signifie que les difficultés existaient déjà avant la crise », résume Marc Villand, président de la FPI d’Ile-de-France.

Ventes en baisse sur le collectif et l’individuel

Les réservations de logements sont en baisse de 28,7 % sur le troisième trimestre 2020 par rapport au troisième trimestre 2019, et tous les segments de logements – collectif, détail, résidence service – sont touchés. Les permis de construire, qui annoncent les mises en chantier des prochains mois, sont en baisse de

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Crise sanitaire & Collectivités : quelle solution numérique pour accompagner les plus vulnérables ?

de Hitachi Solutions

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La crise de la construction de logements se précise

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

20/11/2020 09h24

Je souris quand j’entends parler de crise du logement!

Bien sûr, dans les grandes métropoles on peut comprendre qu’un besoin existe. Par contre dans le monde rural, y compris les villes préfectures de ces dernières, il ne manque pas de logement, au contraire même puisque le taux de logement vacants approche souvent le taux de 17 %.
Le problème dans ces territoires est donc à la fois un manque de population à loger et des logements inadaptés. Plutôt que de parler de construction neuve, ce qui entre en contradiction avec la volonté de l’Etat d’arrêter l’imperméabilisation du territoire, ne faut-il pas envisager le renouvellement de ces logements vacants?

Pour les territoires tendus, ne faut-il pas mettre en place des mesures pour inciter les entreprises à les quitter pour se développer au sein du monde rural… qui en a bien besoin?
N’est ce pas là ce qu’on appelle l’aménagement du territoire?

Je terminerai en rappelant que dans les territoires ruraux, certains biens sont invendables, d’autres se vendent à moins de 1.000 € le mètre carré, alors qu’à Paris il est plus que courant de trouver des biens de moins bonne qualité à plus de 10.000 € le mètre carré!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement