Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Economie

Les régions françaises, élèves moyennes de l’Europe

Publié le 21/07/2011 • Par Euractiv.fr • dans : Europe • Source : EuroActiv.fr

L’Insee a fait le bilan de feu la stratégie de Lisbonne de l’UE. Contre toute attente, les territoires riches ne s’en sortent pas forcément mieux que les autres.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’Europe raffole d’objectifs et de benchmarking. Surtout lorsqu’ils annoncent un avenir radieux.
Si elles avaient suivi la trajectoire définie en 2000 au Sommet de Lisbonne, les régions françaises auraient aujourd’hui un taux de croissance de 3%, un taux d’emploi de 70% et des dépenses en R&D équivalentes à 3% du PIB. Aussitôt arrivée, l’échéance de 2010 a été supplantée par un nouveau kit d’objectifs pour 2020.

Entretemps, l’Insee a tout de même pris la peine de se pencher sur le bilan de santé des régions françaises, dix ans après les bonnes intentions de Lisbonne. Et les résultats permettent de nuancer certaines idées reçues.

Midi-Pyrénées chef de file de la R&D – 2ème région plus riche d’Europe derrière le Grand Londres, l’Ile-de-France semble avoir tous les atouts pour pulvériser les objectifs de Lisbonne. Elle réalise en effet de très bons scores, mais est tout de même devancée dans la R&D par la région Midi-Pyrénées.
Celle-ci décroche la palme européenne du nombre de brevets déposés dans l’aéronautique et investit plus de 4% de son PIB dans la R&D, soit un point de plus que le territoire francilien.
Ces deux régions sont en réalité les seules en France à passer la barre des 3%.

Rhône-Alpes, leader en chimie – La région Rhône-Alpes, qui a fait la preuve de son leadership dans la chimie depuis l’ère Rhône Poulenc jusqu’à la technopôle moderne de Gerland, réalise un score de 2,7%.
Rarement envisagés comme l’eldorado des entrepreneurs innovants, les territoires ruraux devraient a priori souffrir d’un sous-investissement en R&D. Là encore, un autre regard s’impose.

Le Limousin enregistre certes de très faibles dépenses estimées à 0,8% du PIB, mais l’Auvergne, qui présente des caractéristiques géographiques similaires, talonne de près la région Rhône-Alpes (2,5%).
Dans une évaluation publiée l’an dernier, deux cabinets de conseil reconnaissaient que l’Auvergne avait pris « des décisions importantes », à travers la création en 2007 du comité Innovergne (qui auditionne chaque mois des porteurs de projets innovants), la mise en place la même année « du Fonds Régional d’Innovation et, un peu plus tard, la participation au programme [de financement] européen Jeremie. »

158 régions sous un taux d’emploi de 70%- Sur le marché du travail, l’Ile-de-France et Rhône-Alpes font partie des rares territoires français à avoir atteint un taux d’emploi de 70%.
A l’échelle européenne, le tableau n’est pas brillant, puisque seules 85 régions sur 263 y sont parvenues. Certaines d’entre elles, pourtant bien classées au plan économique, alignent les contre-performances.
C’est le cas de la région PACA.

Classé au 16ème rang européen grâce à son PIB brut élevé, le territoire affiche un taux d’emploi de 61,7%, soit quatre points de moins que celui du Limousin. Concernant le travail des femmes, les deux régions ont ailleurs des bilans très contrastés.

La région Paca à la traîne – En Paca, le taux d’emploi féminin peine à atteindre 57% quand il dépasse l’objectif de Lisbonne en Limousin (62% contre 60% visé par l’UE). Un bon score qui s’explique en partie par la forte proportion d’infirmières présentes sur le territoire, comme le rappelait Eurostat dans son annuaire régional publié l’an dernier. Pas étonnant pour la région la plus vieillissante de France, dont un tiers de la population a plus de 65 ans.

 Un défi que Lisbonne comptait relever en portant le taux d’emploi des seniors à 50%. Cet horizon reste une chimère pour l’ensemble des régions françaises, y compris pour l’Ile-de-France qui plafonne à 47%. Un chiffre en outre influencé par une plus grande représentation des cadres et professions indépendantes dans cette région. Tous les autres territoires français ratent leur cible, avec des taux bien en-deçà de 40%.

 Les régions comme le Nord-de-Calais ou la Lorraine, dont les industries traditionnelles (automobile, métallurgie) ne lésinent pas sur les départs en retraite anticipée, accusent un retard encore plus marqué. Ironie de l’histoire, les seniors français atteignaient l’objectif de Lisbonne en…1970.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les régions françaises, élèves moyennes de l’Europe

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement