Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gens du voyage

Gens du voyage : le grand rassemblement de fin août entassé sur les champs du Loiret

Publié le 21/07/2011 • Par Olivier Berthelin • dans : A la une, France

Pour la 1ère fois depuis 1988, le ministère de l’Intérieur oblige les organisateurs du grand rassemblement tsigane de fin août 2011 à s’entasser au siège de Vie et Lumière à Nevoy (Loiret). Alors que le ministère de la Défense avait, début juillet préparé pour l’occasion la base de Colmar Meyenheim, les collaborateurs de Claude Guéant ont reculé sous la pression des élus locaux.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

«Le site convient pour les rassemblements de printemps mais, nous ne savons pas comment nous pourrons y accueillir celui d’août qui attire beaucoup plus de monde », s’inquiète le pasteur Joseph Charpentier, organisateur des grands rassemblements de l’association Vie et Lumière, une mission évangélique des Tsiganes de France.
A partir du 18 août 2011, il attend 6000 à 7000 caravanes sur un terrain qui tous les ans en avril en accueil 2000 à 3000. Le pasteur affiche un ferme mécontentement : «depuis 1988, c’est la 1ère fois que l’Etat recule sous la pression d’élus locaux. chaque année, il y a des protestations plus ou moins fortes mais à chaque fois le bilan s’avère positif », rappelle Joseph Charpentier, qui cite les rapports des préfets des précédentes manifestations. Il ajoute par ailleurs qu’en général, « c’est  aussi l’occasion de démontrer que notre communauté fait partie intégrante de la nation française ». De leur côté, le maire de Nevoy et les élus de la ville voisine de Gien trouvent que 2 rassemblements par an au même endroit «c’est trop !».

Hésitations du ministère de l’Intérieur – Début juillet, le ministère de la Défense avait mis à disposition une partie de la base aérienne de Colmar Meyenheim techniquement adaptée à une telle manifestation.
Mais le 6 juillet, le cabinet de Claude Guéant annonçait au préfet du Haut-Rhin que les plus hautes instances de l’Etat renonçaient au projet. Jusqu’à présent les grands rassemblements étaient considérés comme de grandes manifestations publiques, religieuses, culturelles, sportives, du ressort de l’Etat dans le cadre de l’article L2214-4 du code des collectivités territoriales.

Signe du rejet d’une communauté ? – S’ils sont désormais confinés sur des sites privés, cette régression pourrait être interprétée comme le signe du rejet d’une communauté. « Cette année nous sommes placés devant une situation imprévue, mais les services de l’Etat vont tout mettre en œuvre en concertation avec les organisateurs et les élus pour que les choses se passent le mieux possible », argumente la sous-préfecture de Montargis.
De son côté Françoise Boog, maire de Meyenheim (Haut-Rhin), se félicite du recul du ministère de l’Intérieur. « Nous sommes très reconnaissant au député Michel Sordi qui a joué de son influence au plus sommet de l’Etat », se félicite l’élue locale qui, avance pour justifier son refus de la manifestation, une série d’arguments contredits par les bilans des années précédentes (voir encadré).

L’Alsace privée de 2 millions d’euros – Selon les constats effectués par la préfecture de Haute Marne, suite aux grands rassemblements de Chaumont (2007 et 2010), de tels événements apportent aux commerces locaux une augmentation du chiffre d’affaires de 20%.
De leur côté, les organisateurs estiment que les participants à cette fête religieuse de 10 jours est aussi l’occasion de retrouvailles familiales et amicales. Ils dépensent en moyenne 50 euros par famille et par jour soit entre 1 à 2 millions au total.
A cette consommation s’ajoutent les 150 000 euros investis dans l’économie locale par l’organisation qui paye la mobilisation des services de l’Etat, l’eau, l’électricité, la collecte des déchets et l’entretien du site et la location du matériel nécessaire. « Nous n’avons pas tenu compte de cet aspect de la question lorsque nous avons décidé de nous y opposer », reconnaît Françoise Boog.

Les élus en déficit d’information ?

Les élus de la circonscription de Cernay (68), opposés à la tenue du grand rassemblement 2011 sur la base de Meyenheim avancent une série d’arguments.
Suite à l’entretien téléphonique accordé par Françoise Boog, maire de la commune, à la Gazette, ses arguments pu être confrontés aux réalités constatées lors des précédents rassemblements.
Cet exercice démontre que les élus souffrent d’un déficit d’information. Démonstration :

  • Argument : « L’évènement et la taille de la commune sont disproportionnés »
    Faits :
    Meyenheim : 1200 habitants, 1280 hectares,
    Sèmoutiers, à côté de Chaumont (2010) 800 hectares,
    Couvron non loin de Laon (2009) 1400 hectares.
  • Argument : « La densité de la population alsacienne est trop importante pour recevoir 30 000 personnes supplémentaires »
    Faits : En 2004, le grand rassemblement s’est déroulé dans le Nord-Pas-de-Calais, région d’une densité de population comparable.
  • Argument : « Nous sommes dans l’incapacité d’assurer l’approvisionnement en eau ».
    Faits : La base de Meyenheim dispose de capacité en eau potable plus importante que celle de Sémoutiers
  • Argument : « La base est utilisée par un régiment ce qui rend impossible la tenue de la manifestation ».
    Faits : La cohabitation entre Gens du voyage et militaires s’était déroulée dans de bonnes conditions à Grostenquin (57) en 2006, Chaumont (52) en 2007 et 2010, Laon (2009).

Cet article est en relation avec le dossier

3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Gens du voyage : le grand rassemblement de fin août entassé sur les champs du Loiret

Votre e-mail ne sera pas publié

ugottale

21/07/2011 10h31

l’aéroport d’ orly avec le MIN de rungis et l’hôpital henry mondor de créteil serait beaucoup plus pratique pas besoin de faire des feuillées ni d’apporter l’eau et l’électricité ni d’enlever les ordures !
sacré joseph , il ne peut plus menacer le préfet d’appeler yoyo et chichi s’il fallait louer 200 wc chimiques , les feuillées sont plus écolos ! qu’il baptise son association vieilles charrues au lieu de vie et lumière !

mimi45

22/07/2011 09h45

Si le pasteur Charpentier s’inquiète c qu’il y a de quoi, l’organisation du printemps est moins importante et pose déjà quelques problèmes (obligation de service sur les lieux, permanence de secours en supplément, service de sécurité plus important…..) alors là jusqu’à 7000 caravanes…c de la folie, en plus annonce à la dernière minute, je pense entre autres au personnel de l’hôpital, les plannings pour les congés d’été ont été prévus et là vous allez tout supprimer pour cette manifestation et de même pour les services de gendarmerie qui sont déjà en sous effectif. Merci mr le ministre de supprimer tous les repos, les congés à des agents qui servent la république. Y a de quoi être dégouté, alors que le lieu prévu de Colmar meyenheim convenait 100 fois mieux c donc à la région centre de dire amen….c honteux. quant à baptiser la manifestation vieilles charrues pourquoi pas rave party ! si on peut appeler ça un « rêve »…nos anciens ne comprendraient pas car dans les années 60 ou 70 je ne me rappelle pas avoir entendu que des rassemblements des gens du voyage regroupaient autant de personnes….de plus sachant que sur une population si nombreuse vous avez 10 % de cas qui ne respectent pas nos lois….nous allons donc nous retrouver avec un peu plus de vols, de destructions, d’incivisme et qui va régler la note…les assurances et les berrichons en partie !!!! ça promet pour les élections 2012…..

ALIMAS

23/07/2011 03h32

(09A315A01). LA VALEUR VÉNALE SUPPLANTE-T-ELLE LES PRINCIPES DE LA LAÏCITÉ ?
Le département justifie le bien-fondé de ce financement public, argumentant que finalement, cet argent est réinvesti dans l’économie locale par l’organisation de l’association Vie et Lumière, qui paye la mobilisation des services de l’État, l’eau, l’électricité, la collecte des déchets et l’entretien du site et la location du matériel nécessaire. « Nous n’avons pas tenu compte de cet aspect de la question lorsque nous avons décidé de nous y opposer », reconnaît Françoise Boog, Maire de Meyenheim (Haut-Rhin). De plus, les organisateurs estiment en contrepartie, que les participants à cette fête religieuse de 10 jours est aussi l’occasion de retrouvailles familiales et amicales et qu’ils dépensent en moyenne 50 euros par famille et par jour soit entre 1 à 2 millions d’Euros au total ?
Est-il juste que l’association Vie et Lumière, mission évangélique des Tsiganes de France, perçoive une subvention publique de 150.000 Euros pour l’organisation de ce rassemblements religieux ?
Que devient le principe de laïcité applicable à toutes les communautés religieuses, relatif à l’interdiction de financements publics pour la construction et l’entretien des lieux de cultes et surtout pour les pratiques religieuses communautaires ? Les difficultés actuelles du vivre ensemble avec certaines communautés religieuses, imposent de revoir le financement public des grands rassemblements, considérés jusqu’ici, comme de grandes manifestations publiques, religieuses, culturelles, sportives, du ressort de l’État dans le cadre de l’article L2214-4 du code des collectivités territoriales.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement