Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Edito] DÉCENTRALISATION

Le maire, le président et le petit commerce

Publié le 06/11/2020 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

B pouvoir
D.R.
Emmanuel Macron décide, les maires exécutent. Avec le deuxième confinement, l’hypercentralisation fait son retour. Sur le nouveau protocole sanitaire dans les établissements scolaires ou le maintien des activités après la classe, les élus municipaux n’ont pas leur mot à dire.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Emmanuel Macron décide, les maires exécutent. Avec le deuxième confinement, l’hypercentralisation fait son retour. Sur le nouveau protocole sanitaire dans les établissements scolaires ou le maintien des activités après la classe, les élus municipaux n’ont pas leur mot à dire. Les écoles qui, rappelons-le, avaient été fermées en mars avant même de confiner l’ensemble de la population, doivent, cette fois-ci, rester ouvertes. Coûte que coûte.

Haro sur les grandes surfaces

Les commerces non alimentaires sont, en revanche, condamnés à baisser de nouveau leur rideau de fer. Et gare aux premiers magistrats qui prendraient des arrêtés dans le sens contraire… « Ils pensent qu’ils soutiennent les commerçants. En réalité, ils menacent la santé des Français », les sermonne le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire. Une déclaration qui met le feu à la maison maire.

Devant le tollé, le Premier ministre, Jean Castex, croit avoir trouvé la parade. Les grandes surfaces ne pourront plus vendre de livres, de vêtements, de jouets, d’électroménager, de décoration ou de produits liés aux arts de la table.

Coup d’épée dans l’eau

Cette injonction, digne des plus belles heures de l’économie administrée, ne rapportera pas un centime aux petits commerçants au bord de la banqueroute. Ces personnages, souvent influents dans leur localité, font le siège des hôtels de ville depuis des mois. Ils n’ont aujourd’hui plus que les yeux pour pleurer. La décision gouvernementale viendra un peu plus gonfler les caisses des géants de la vente en ligne qui font leur miel de la pandémie.

Un couac qui restera dans les annales de ce reconfinement. Si la situation ne s’annonçait pas aussi grave sur les fronts sanitaire et économique, on songerait volontiers à la phrase de Karl Marx : « Tous les grands événements se répètent pour ainsi dire deux fois : la première comme tragédie, la seconde fois comme farce… »

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Crise sanitaire & Collectivités : quelle solution numérique pour accompagner les plus vulnérables ?

de Hitachi Solutions

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le maire, le président et le petit commerce

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement