Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sécurité publique

Gaz hilarant : quels moyens d’action pour les maires ?

Publié le 04/11/2020 • Par Auteur associé • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, Actu juridique, Analyses juridiques, Analyses prévention-sécurité, France

©lenscap50 - stock.adobe.com
Alors que le ministre de l'Intérieur envisage d'interdire la vente du "gaz hilarant", des maires ont déjà pris des arrêtés afin de sensibiliser la population et de disposer d'une base juridique pour intervenir face aux dangers méconnus de ce produit. Décryptage de ce que peuvent (ou pas) faire les maires face à cette pratique dangereuse.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Géraldine Bovi-Hosy

Formatrice

Le protoxyde d’azote (N2O) est un gaz découvert à la fin du XVIII e  siècle et utilisé dans le domaine médical pour ses propriétés analgésiques. Il est également commercialisé comme gaz de pressurisation d’aérosols alimentaires (siphon à chantilly) ou pour des usages industriels. Dès sa découverte, puis de nouveau à partir des années 2010, il a été détourné de son usage initial pour ses propriétés euphorisantes, d’où le terme de « gaz hilarant ». Des études montrent les effets indésirables de l’inhalation de protoxyde d’azote, ainsi que les modes et profils de consommation (1).

Afin de protéger les usagers, majoritairement de jeunes adultes, voire des mineurs, les pouvoirs publics s’organisent. Une proposition de loi est en cours de discussion, mais ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Domaines juridiques

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Crise sanitaire & Collectivités : quelle solution numérique pour accompagner les plus vulnérables ?

de Hitachi Solutions

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Gaz hilarant : quels moyens d’action pour les maires ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement