Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Crise sanitaire

Covid-19 : « Il serait irresponsable de lever ou d’alléger le dispositif »

Publié le 12/11/2020 • Par Alexandre Léchenet • dans : France

castex
D.R.
Quinze jours après l'annonce d'une seconde période de confinement, le premier ministre a fait le point sur l'avancée de l'épidémie. Si les nouvelles contaminations sont en baisse, le nombre de personnes hospitalisées reste préoccupant, prévenant tout allègement du confinement.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

[MàJ : Cet article a été mis à jour le 12 novembre après  les déclarations de Jean Castex]

« Les effets que nous pouvons mesurer sont à ce jour cohérent avec ce que nous cherchions », s’est félicité le premier ministre, quinze jours après l’annonce d’un nouveau confinement.

Si des effets commencent à se voir, « il faut rester très prudent » a prévenu Jean Castex, qui a indiqué qu’il serait « irresponsable de lever ou alléger le dispositif ». Aucun changement au dispositif actuel n’est prévu pour les quinze prochains jours. « J’espère que nous pourrons passer les fêtes de Noël dans la tranquilité », a-t-il néanmoins conclu.

Dans son avis du 26 octobre, le conseil scientifique rappelle que le contrôle de l’épidémie peut être suivi avec trois types d’indicateurs :

  1. les indicateurs de survenue de l’épidémie ;
  2. les indicateurs de survenue de formes graves ;
  3. les indicateurs de mobilité.

Les deux premiers sont des indicateurs sanitaires et ont trait au nombre de personnes contaminées, ainsi qu’au nombre de personnes hospitalisées ou en réanimation. Le dernier indicateur est à aller chercher du côté de Google ou des opérateurs mobiles, note le Conseil.

Moins de contaminations

« Le nombre de nouvelles contaminations s’est ralenti depuis une semaine, s’est félicité le premier ministre le 12 novembre. Cette tendance est récente, donc fragile, et ne peut traduire des résultats que si elle se confirme dans la durée. »

L’incidence, c’est le nombre de personnes contaminées en sept jours glissants, ramené à 100 000 habitants. Il permet de suivre l’évolution de l’épidémie.

Des taux d’incidence sont partagés par Santé Publique France aux échelles nationales, régionales, départementales et pour le 22 métropoles. Des seuils sont partagés pour les autres intercommunalités, les communes et au niveau infra-communal. Ces chiffres sont rassemblés à partir des remontés des laboratoires depuis la fin de la première période de confinement.

L’incidence peut varier en fonction du nombre de tests effectués, il est donc prudent de comparer l’évolution de l’incidence avec celles de la positivité, c’est à dire la part de tests positifs sur l’ensemble des tests réalisés.

« Si le taux de positivité continue d’augmenter, avec l’intensification du dépistage, alors cela signifie que l’augmentation du taux d’incidence s’explique par une circulation plus intense du virus au sein de la population testée », notait ainsi l’ARS des Pays-de-la-Loire cet été.

Le virus a circulé plus intensément depuis la rentrée de septembre, surtout dans les métropoles, plus denses. Des mesures ont d’ailleurs d’abord été prises spécifiquement dans les métropoles.

Des hospitalisations toujours importantes

« Nous comptons ces derniers jours une hospitalisation toutes les trente secondes, et une admission en réanimation toutes les trois minutes », a détaillé Jean Castex.

Le 12 novembre, il y avait autant de personnes hospitalisées qu’au plus fort de la première vague. « Nous avons dépassé le pic du mois d’avril » a prévenu le premier ministre.

Le nombre d’hospitalisations atteint en effet de seuils similaires au printemps. La différence tient maintenant à ce que l’épidémie est présente sur l’ensemble du territoire.

La courbe ci-dessous compare le nombre de personnes hospitalisées et en réanimation par rapport au début de la date des deux périodes de confinement. La part de patients en réanimation est inférieur par rapport à la première vague, grâce à une meilleure prise en charge des malades s’est félicité Olivier Véran, le ministre de la santé, le 12 novembre.

 

Localement, ce sont les départements de la région Auvergne-Rhône-Alpes et de la région Provence Alpes Côte d’Azur qui sont les plus touchés.

Moins de déplacements

Jean Castex a annoncé une « réduction très forte des déplacements depuis deux semaines ». Il a cité une baisse de 22% dans les déplacements domicile-travail par rapport à septembre, une chute de 55% des déplacements dans le métro parisien. Le réseau aérien domestique est à 10% de ses capacités et les déplacements de grandes distances en train ont chuté de 85%.

Les chiffres diffusés par Google, Apple ou Citymapper notamment, permettent de suivre la mise en œuvre des mesures de restrictions des mouvements dans l’ensemble de la France, ou dans les principales métropoles.

Ci-dessous sont présentées les données de mobilité pour les commerces, les bureaux et les habitations, pour l’ensemble de la France, à partir des données de Google Maps.

Ces chiffres montrent un allègement du confinement par rapport au printemps. La fréquentation des bureaux a chuté de 30% en moyenne, par rapport à la « normale », contre 74% lors du premier confinement.

push-covid

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Prochain Webinaire

Club RH : Comment rendre sa communication interne efficace ?

de La rédaction avec le soutien du CNAS et de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Covid-19 : « Il serait irresponsable de lever ou d’alléger le dispositif »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement