Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sécurité routière

Quelles mesures pour sécuriser les passages piétons ?

Publié le 30/10/2020 • Par Léna Jabre • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles, Réponses ministérielles prévention-sécurité

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Réponse du ministère de l’intérieur : Selon le bilan de l’accidentalité de l’année 2018 de l’observatoire national interministériel de la sécurité routière, 9 810 accidents corporels ont impliqué un piéton, soit 18 % de l’ensemble des accidents. Ces accidents ont provoqué la mort de 470 piétons, soit 14 % de la mortalité routière. 67 % des piétons tués et 96 % des piétons blessés se concentrent en agglomération. De plus, 70 % des piétons tués le sont dans un accident contre un véhicule de tourisme et 12 % dans un accident contre un véhicule lourd (poids lourd ou transport en commun). La mortalité piétonne se concentre sur les traversées de chaussées.

Bien que la majorité des piétons tués sur la chaussée se trouvait en dehors d’un passage piéton, une proportion non négligeable d’entre eux (29 %) était sur un passage piéton. C’est pourquoi le comité interministériel de la sécurité routière du 9 janvier 2018 a acté plusieurs mesures afin de renforcer la protection des piétons et de leurs traversées aux passages piétons. Les premières mesures mises en œuvre, dès 2018, sont, d’une part, la possibilité de constater sans interception du véhicule, notamment par vidéoverbalisation, les infractions liées au non-respect de la priorité au piéton et, d’autre part, le renforcement de la sanction de ces infractions avec la perte de 6 points au lieu de 4. Ces mesures sont entrées en vigueur le 19 septembre 2018, à la suite de la parution du décret du 17 septembre 2018 relatif à la sécurité routière.

Afin de réduire les masques à la visibilité aux abords des passages piétons, l’article 52 de la loi n° 2019-1428 du 24 décembre 2019 d’orientation des mobilités a supprimé les places de stationnement en amont des passages piétons, réservées aujourd’hui aux seuls deux-roues motorisés. Ainsi, à l’avenir, aucun emplacement de stationnement ne pourra être aménagé sur la chaussée cinq mètres en amont des passages piétons. Les emplacements existants devront être supprimés ou réservés aux cycles, cycles à pédalage assisté ou aux engins de déplacement personnel.

Les gestionnaires de voirie ont par ailleurs la possibilité de matérialiser une ligne d’effet du passage piéton, entre 2 et 5 mètres en amont de celui-ci, par des traits discontinus de 50 centimètres de large, de 15 cm d’épaisseur et espacés de 50 centimètres, pour indiquer l’endroit où les véhicules doivent s’arrêter. Cette mesure, qui figure dans l’arrêté du 12 décembre 2018 relatif à la modification de la signalisation routière, permet d’améliorer la co-visibilité des piétons et des véhicules.

La généralisation des sas vélos aux feux, qui est une mesure du « plan vélo et mobilités actives », contribuera également à améliorer la visibilité réciproque des piétons et des véhicules aux carrefours à feux. Un projet de décret est en préparation pour introduire cette mesure dans le code de la route.

Enfin, l’article 55 de la loi n° 2019-1428 du 24 décembre 2019 d’orientation des mobilités prévoit qu’une signalisation matérialisant la position des angles morts sera apposée sur les véhicules de plus de 3,5 tonnes. Cette signalisation, en cours d’élaboration, vise à rappeler à l’ensemble des usagers vulnérables les différents angles morts des véhicules lourds, souvent peu connus, afin qu’ils y soient vigilants. Cette disposition entrera en vigueur le 1er janvier 2021.

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Crise sanitaire & Collectivités : quelle solution numérique pour accompagner les plus vulnérables ?

de Hitachi Solutions

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quelles mesures pour sécuriser les passages piétons ?

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

02/11/2020 11h23

A la lecture de « Bien que la majorité des piétons tués sur la chaussée se trouvait en dehors d’un passage piéton, une proportion non négligeable d’entre eux (29 %) était sur un passage piéton. C’est pourquoi le comité interministériel de la sécurité routière du 9 janvier 2018 a acté plusieurs mesures afin de renforcer la protection des piétons et de leurs traversées aux passages piétons », je m’interroge sur le bien-fondé des mesures mises en œuvre!

71 % des piétons décédés suite à un accident de la route étaient hors des passages protégés. Plutôt que de mettre en place des mesures pour les malheureux 29 %, ne faudrait-il pas rappeler aux piétons leurs obligations?

En outre, par expérience, je constate que les piétons parfois absorbés par leur conversation au téléphone portable ou par la saisie d’un message sur ce même appareil, changent de direction, sans regarder et sans crier gare. Je rappelle enfin que si le code de la route donne la priorité aux piétons sur les passages protégés, ce n’est pas pour autant qu’ils sont en droit de l’exercer. tel peut être le cas quand un automobiliste constate qu’un véhicule est sur la voie de gauche et dans le même sens de circulation et non visible du piéton. Dans ce cas, pour éviter que le piéton se fasse écraser, il doit poursuivre sa route.

Etant motard, je suis très étonné par les mesures mises en place. Pour les deux roues motorisées, des mesures contraignantes pour ces derniers ont été mises en œuvre, pour les piétons, au lieu de leur rappeler leurs obligations, on augmente leurs droits…

Ne soyons pas étonnés qu’avec de telles mesures, le nombre d’accidents et de décès dans lesquels des piétons sont directement impactés ne diminue pas à l’avenir.

Je terminerai avec deux propos.
Je réside dans une préfecture de province où bientôt les passages protégés couvriront toute la chaussée. Je suis loin d’exagérer. En effet, sur certaines voies, il est fréquent que ces passages protégés soient distants les uns des autres de moins de trente mètres. Est-ce « normal »?
Je m’interroge également sur la définition du terme « piéton »: Une personne absorbée par l’usage de son téléphone portable qui déambule nonchalamment sur la voie publique est-elle un piéton?

Sebah

03/11/2020 09h35

Cette phrase « Afin de réduire les masques à la visibilité aux abords des passages piétons, l’article 52 de la loi n° 2019-1428 du 24 décembre 2019 d’orientation des mobilités a supprimé les places de stationnement en amont des passages piétons, réservées aujourd’hui aux seuls deux-roues MOTORISéS. » parait contradictoire avec la suite qui parle de cycles et EDP

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement